Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias

 :: San Francisco :: Institut :: Dortoirs
Mer 24 Juil - 21:08



"There was a stained glass, variation of the truth"



Ma dernière rencontre avec Joleen avait laissé des traces non pas physique mais psychologique. Un iratze plus tard et j'étais de nouveau opérationnelle sur le plan physique. Certaines douleurs dites fantôme avait persister, de temps à autre une migraine terrible me prenait comme si je gisais encore au pied de ce mur. Joleen m'avait raconté des choses intéressante que je n'étais pas sûre de vouloir croire. Ma naïveté me faisait clairement défaut. Si toute cette histoire était vraie...

Je me raccrochais encore à cet espoir, tout n'était peut être qu'une machination après tout la manipulation mentale c'était comme une seconde nature pour Joleen. Elle voulait peut être semer la zizanie dans nos rangs. Pourtant elle avait l'air si désolée que j'avais du mal à imaginer que la jeune femme ne me manipule sauf si elle était une excellente comédienne. Si tout n'était qu'une illusion, que mensonge Joleen méritait l'équivalent d'un oscar des enfers.

Assise sur mon lit je n'avais pas envie de sortir de ma chambre, je me laissais tomber en arrière ma stèle dans une main. J'émis un profond soupir ne sachant pas ce que je devais faire. Tout raconter ? Je n'avais rien pour étayer cette hypothèse, aucune preuve juste les paroles d'une démone. Déjà que ma voix n'avait pas beaucoup d'importance c'était un coup à ce qu'on me retire mes runes et qu'on me balance dans la nature. Sans preuve je ne pouvais rien faire, et je n'avais rien.

Et si toute cette histoire n'était qu'une terrible machination dans le seul but de me pousser à douter. Je réprimais un autre soupir avant de serrer ma stèle entre mes doigts. Je ne pouvais pas douter comme ça, ce n'était pas possible. Je refusais d'y croire je me redressais en entendant des bruits contre ma porte. Beth ne se serait pas donné la peine de toquer alors il devait s'agir de quelqu'un d'autre. Je me redressais, me levant afin d'atteindre la porte.

- Qui est-ce ?

Quand j'arrivais à la porte, cette migraine épisodique me reprit, je fermais les yeux et plisser le nez. Je pris une profonde inspiration avant que ma main sur la poignée se tourne, j'ouvris ma porte, affichant un maigre sourire. Je n'étais pas sortie de ma chambre depuis l'attaque Joleen évitant toute personne pour me rendre au réfectoire quand personne ne se trouvait là. M'entraînant seule au beau milieu de la nuit entre deux rondes.

- Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

Je me tenais entre le montant de la porte et cette dernière, la moitié de mon corps caché par la porte alors que je venais tout juste de prendre la parole. J'observais le couloir et les différentes personnes qui le traversaient, cherchant des traîtres au beau milieu de chasseurs d'ombres qui n'étaient que de passage.

   

panic!attack


I've got a war in my mind
« When they look at me they see a troubled young woman. ▬ i'll show them trouble. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Aliana Blackthorn
Shadowhunters
Aliana Blackthorn
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1560182690-aest
› Points : 747
› Localisation : San Francisco
› Métier : Sa vie de chasseuse d'ombre ne lui laisse que peu de place pour se trouver un job.
› Avatar : Emma Dumont
Mar 30 Juil - 19:12
TobiasAliana

THERE WAS A STAINED GLASS, VARIATION OF THE TRUTH


Quelque part, il y avait une peur sourde, comme un écho au lointain, une crainte qui voulait le dévorer, mais qu'il s'assurait de maintenir éloigné. Quelque part, il se disait pourtant que c'était peut-être déjà arrivé, quelque part, il voulait essayer de ne pas y penser. Mais c'était lui qui avait péché, et les doutes, les troubles, l'avaient assailli avec violence. Les mots qu'il avait libéré étaient la vérité, il en était sûr, et c'était bien là le problème. Et au delà de ça, il y avait eut les réponses de l'adversaire.
Cette entité, qui avait su se montrer plus fort que lui, qui l'avait écrasé, avec toujours plus de ce poison frauduleux. La peur. Peur de tout un tas de milliards de choses. Cela faisait des jours que Tobias rêvait de mettre son esprit en veilleuse, de faire comme si de rien n'était. C'était comme un tourbillon, qui lui rongeait l'esprit, en passant par son ventre.
Et lui, qui était si confiant, si fort, se sentait au plus mal.

- Argh.

Tobias détestait cet instant, mais sentait qu'alors, on approchait du dénouement. Il le savait, cette mission le devait. Se finir, se terminer, ne plus jamais avoir à en pâtir, à en subir les effets. Il ne pouvait pas continuer comme ça, parce qu'il était allé trop loin, la mission s'était retourné contre lui. Celle qu'il devait faire semblant d'aimer, il l'aimait déjà trop. Et c'était bon, elle tenait à lui, alors il n'aurait pas à s'inquiéter. Tout se passerait bien...
Il fit face à sa porte, et se répéta ce discours qu'il avait comme appris par coeur. Il allait devoir s'assurer, qu'une fois dans sa bouche, les mots sortent comme des choeurs. Une harmonie fluette, qui ne ferait pas automatique, et qui serait sincère.
Parce que quelque part, le chasseur savait qu'il mentirait. Tobias devait mentir, pour tout ce en quoi il tenait. Et en même temps il doutait. Les paroles de la femme lui revenaient en tête. Parce qu'au fond, elle n'avait pas tort.
Quand Valentin aurait ce qu'il désirait, toutes les créatures disparaîtraient. Et Aliana aussi. Probablement.
Mais Tobias devait faire comme s'il s'en fichait. Non même plus : il s'en fichait. Ce n'était pas comme si.

Il devait briser cette attache. Une bonne fois pour toute.
Il frappa à la porte. C'était les derniers moments, les derniers instants.
Si elle le rejetait, tout serait fini.

Il entendit sa voix, et fit taire celle de son esprit. Il devait être Tobias Branwell, membre du Cercle, rien d'autre.
Le doute le dévorait intérieurement.

- C'est moi, Tobias.

Branwell. Celui qui allait en finir, celui qui allait faire ce qu'il devait faire depuis le début.
Il la vit ouvrir la porte. Il espérait tellement qu'elle n'ait pas croisé la route de cette femme qui avait dit qu'elle placerait en son sein le doute. Mais il espérait ça juste pour la mission.
Pas pour autre chose.
Vraiment pas pour autre chose.

- Je voudrais juste te parler, répondit Tobias en l'observant, constatant qu'elle n'était pas si bien, et surtout qu'elle semblait se cacher. Pourquoi ? que cachait-elle ? Etait-elle à moitié nue pour cacher cela ? Cette pensée fut vite chassée, c'était n'importe quoi.

Tobias inspira un bon coup.
C'était pire que la dernière fois, pire que durant la mission, ce qui parasitait son coeur était en train de l'atteindre de façon trop profonde. Tout ça parce qu'il avait dit des mots qu'il ne voulait pas. Tout ça parce qu'il avait entendu des mots qui étaient trop vrais. Il aurait préféré être sourd.

- Tout va bien ? Tu sembles...Etrange.

La peur. Le doute. La crainte.
Malgré tout ce que Tobias voulait dire à son esprit, malgré tous les efforts qu'il faisait pour surmonter tout cela, son esprit insistait. Doute. Crains. Sois effrayé, parce que tu risques de la perdre.
Mais cette peur de la perte, ce n'aurait pas été si horrible, si ça avait juste été pour Valentin.
Mais cette peur de la perte, cela allait être horrible, parce que ça le concernait lui.

Il avança pourtant. Alors que son corps et son esprit étaient plus hésitants que jamais.
C'était effrayant, et jamais Tobias ne s'était senti comme ça avant.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias E. Branwell
Cercle Member
Tobias E. Branwell
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1559243590-tobias-7
› Points : 480
› Métier : Armurier à l'institut de San Francisco
› Avatar : Jeremy Renner
Mar 13 Aoû - 12:58



"There was a stained glass, variation of the truth"



Les mots de Joleen résonnaient encore en moi et ça depuis notre dernière rencontre. Après ses révélations, j'avais évité de trop croiser mes compères chasseurs d'ombres. Elizabeth ma parabatai l'avait bien compris et ne m'en tenait nullement rigueur. Quand j'avais changé mes heures d'entraînements elle avait suivi elle aussi le rythme. Mais là je me trouvais dans ma chambre entraînant faussement ma magie jusqu'à ce qu'on toue contre ma porte.

- C'est moi, Tobias.

Je m'étais figé derrière la porte en entendant son nom. Ne pas lui répondre n'était pas une option j'étais persuadé qu'il serait capable d'enfoncer la porte s'il me savait derrière. J'avais donc ouvert, à moitié cachée derrière la porte je jetais un coup d'œil aux autres chasseurs d'ombres qui passaient dans les couloirs afin de vaquer à leurs occupations.

- Je voudrais juste te parler.

Je me décalais de la porte pour lui laisser le choix d'entrer avant de croiser mon reflet dans le miroir. Mes cheveux étaient de nouveau noir à l'exception d'une mèche verte rebelle que la coloration n'avait pas réussis à avoir. Je portais encore mon pyjama, un débardeur gris et un short à carreau écossais noir et blanc. J'attrapais une veste noire que j'enfilais. Tobias qui voulait parler c'était une première, habituellement je devais le travailler au corps pour obtenir des miettes d'informations.

- Tout va bien ? Tu sembles...Etrange.

- C'est plutôt à toi que je devrais demander ça, Tobias Branwell qui veut parler je crois que c'est une première.

Je retournais sur mon lit afin de m'asseoir, je n'avais aucune idée de ce qu'il pouvait bien me vouloir. Et je trouvais ça peu rassurant. Les gens bavards, c'est le jour ou ils ne parlaient plus que ça n'allait pas. Mais les gens comme Tobias ? Je pouvais voir qu'il ne savait pas par où commencer. Afin de n'avoir rien à cacher je décidais tout de même de répondre à la question du chasseur.

- Ce n'est rien, ma dernière rencontre avec... un démon a laissé quelques traces.

J'avais fait attention à ne pas dévoiler le nom de Joleen. Premièrement parce qu'un démon capable de vous hypnotiser ce n'était pas bien passer auprès du directeur de l'Institut qui avait tenu à me garder en observation avant de me renvoyer sur le terrain. Histoire d'être certain que je n'étais pas un agent double. Et deuxièmement au vu des dires de la démone elle connaissait Tobias et Tobias qui laissait un démon en vie c'était quelque chose que je n'avais encore jamais vu.

- De quoi voulais-tu me parler ?

En le revoyant ainsi de nouveau dans mon quotidien je repensais à cette soirée que nous avions passé dans ce festival de musique et de la tournure des événements. Je ramenais un genou contre ma poitrine avant de chasser ses pensées de mon esprit. Je devais me concentrer sur le moment présent, je m'étais refait le film de nombreuses fois. Ca ne servait plus à rien désormais. J'affichais un maigre sourire avant de m'adresser une nouvelle fois à Tobias.

- Tu as besoin de quelque chose ?

   

panic!attack


I've got a war in my mind
« When they look at me they see a troubled young woman. ▬ i'll show them trouble. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Aliana Blackthorn
Shadowhunters
Aliana Blackthorn
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1560182690-aest
› Points : 747
› Localisation : San Francisco
› Métier : Sa vie de chasseuse d'ombre ne lui laisse que peu de place pour se trouver un job.
› Avatar : Emma Dumont
Ven 16 Aoû - 9:33
TobiasAliana

THERE WAS A STAINED GLASS, VARIATION OF THE TRUTH


Le savait-elle, ce qu’il savait ? Tobias s’était imaginé que vu que la femme qui l’avait contrôlé semblait l’apprécier, elle aurait pu parler à Aliana.
Tobias avait espéré que non, et c’était pour ça qu’il avait décidé de vite agir. Et maintenant, voilà qu’il devait faire quelque chose. Au lieu de rester là, planté à la porte, à voir cette jeune femme cachée à moitié derrière la porte.
Comme si elle ne voulait pas qu’on la voit.

Tobias avait juste dit ce qu’il voulait, mais il y avait tellement d’autres choses dans ce qu’il désirait en fait. Tellement plus que juste lui parler. Seulement, il ne savait toujours pas par où s’y prendre, ni ce qui allait se passer.
De fait, il fit quand même remarquer qu’elle était étrange, parce que c’était la réalité. Mais lui-même l’était. Venir parler, ça n’avait jamais été son genre. Mais de fait…. Il n’en prit conscience que quand elle lui fit remarquer.
Il se contenta de hausser les épaules.

- …Ca arrive.

Il aurait voulu faire son air bougon, et tout ce qui allait avec, mais au fond de lui, il ne pouvait pas. Parce qu’au fond de lui, il y avait quelque chose de bien plus terrible que l’envie de grogner. Il y avait cette peur qu’il ne connaissait pas, qu’il ne comprenait pas, qu’il n’avait pas envie d’avoir, mais qu’il était obligé de supporter.
Il l’entendit parler d’un démon qu’elle avait croisé et il fronça les sourcils.
Il n’était pas au courant de ça. Quel démon ? Quelque part, le doute subsistait, et si c’était la femme qu’il avait croisé ?
Il préférait que non.

Alors que ses pensées s’accumulaient, comme il ne l’avait jamais vu, Aliana lui demanda de quoi il voulait lui parler, et il sentit que ça allait être à son tour de devoir s’exprimer, et que tout ce qu’il allait dire, risquait de tout gâcher, de tout détruire.

Mais il s’en fichait. C’était juste une mission.
Juste une mission !
…Tellement plus qu’une mission.
Non, il ne devait pas y penser.

- Je voudrais te raconter quelque chose….Sur moi, sur toi…Sur tout ce qui pourrait se passer.

Il repensait à ce qu’il avait admis devant cette femme qu’il n’avait même pas réussi à tuer. Elle savait, et il avait tellement…
Non.
Stop.
Il souffla :

- …Aliana…Tu as un potentiel immense, que personne n’arrive à voir, juste parce que pour eux c’est mauvais…

Il s’arrêta.
Quelque part, la voix de la femme lui parlait en lui. Alors qu’elle n’était plus là, qu’elle ne mettait plus son contrôle sur lui, mais ça disait quand même… Vous êtes au courant que Valentin recherche l'épée le deuxième instrument mortel et quand il l'activera toute personne possédant du sang créature se retrouvera anéanti.
Il secoua la tête, il devait rester concentré.
La mission.
Uniquement la mission.

- …Mais moi, je sais que c’est quelque chose de fort, et qui pourrait vraiment aider…

Elle sera ou à ce moment-là Aliana ? lui revenait encore en tête les paroles de la brune manipulatrice.
Il n’arrivait pas à se concentrer, parce que quelque chose le dévorait contre son gré.
Au pire, il pouvait toujours se condamner pour de bon.
Quelque part, s’il avouait à Aliana qu’il faisait partie du Cercle, elle allait sûrement le rejeter.
Cela serait fini, et il n’aurait plus aucune raison de l’aimer. De l’apprécier. C’était stupide de toute façon. Même lui ne comprenait pas comment c’était arrivé.

Il souffla.

- …Ecoute… Je connais quelqu’un qui pourrait te voir à ta juste valeur.

Il mentait.
Maintenant il le sentait.
La valeur d’Aliana aux yeux de Valentin devait être moindre.

- …C’est quelqu’un en qui j’ai grandement confiance. Est-ce que ça t’intéresserait de le rencontrer ? …Pour qu’enfin, tu arrêtes d’être rejeté…

Même lui, ne semblait pas croire en ses paroles. Le doute le gagnait trop vite, trop fort. Ramener Aliana à Valentin, c’était toujours plus la sacrifier. C’était… Le doute l’avait submergé, et maintenant il observait cette femme.
Cette femme qui était pleine de bonté d’âme, d’innocence presque. Cette femme qui lui faisait confiance.

Cette femme qu’il avait l’impression de devoir ramener au grand méchant loup. Alors qu’il faisait entièrement confiance à Valentin. Et à ses propres valeurs. Ne voulait-il pas, lui aussi, la destruction totale de toutes les créatures ?

…Mais si ça comptait Aliana, alors….
Revenir en haut Aller en bas
Tobias E. Branwell
Cercle Member
Tobias E. Branwell
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1559243590-tobias-7
› Points : 480
› Métier : Armurier à l'institut de San Francisco
› Avatar : Jeremy Renner
Lun 19 Aoû - 22:35



"There was a stained glass, variation of the truth"



Les mots de Joleen avait fait naître en moi une forme de doute qui me poussait à me méfier de tout le monde. J'avais même douté du lien qui m'unissait à Elizabeth. Voir Tobias surgir pour juste discuter m'étonna beaucoup. Le chasseur d'ombre était silencieux, ne parlant que si c'était nécessaire. Lors de notre dernière journée passait ensemble j'avais dû le forcer à se confier et là encore Tobias n'avait fait qu'effleurer la surface. L'homme se contenta simplement de hausser les épaules ce qui me laissa encore plus perplexe.

- ... Ca arrive.

Je lui racontais ce qui m'était arrivé, pas dans les détails, je n'étais pas réellement sûre que ça l'intéresse. J'avais l'impression que les rôles avaient changés, je me retrouvais à ne plus savoir quoi dire et Tobias semblait ne pas savoir par où commencer. Une fois assise sur mon lit je bougeais légèrement le poignet pour faire venir à moi une de mes dagues, les lames ne me quittaient que très rarement pour ne pas dire jamais. Je faisais léviter cette dernière au dessus de ma poitrine en écoutant ce que Tobias avait à dire.

- Je voudrais te raconter quelque chose….Sur moi, sur toi…Sur tout ce qui pourrait se passer.

Je fronçais les sourcils, Tobias qui voulait me raconter une histoire c'était nouveau. Lui et moi qu'est ce qu'il entendait par là ? Est ce qu'on me faisait une blague ? Quelqu'un aurait pris son apparence ? Chose très simple pour l'un d'entre nous avec une simple rune le tour était joué. Il s'arrêta soudainement avant de souffler et de reprendre.

- …Aliana…Tu as un potentiel immense, que personne n’arrive à voir, juste parce que pour eux c’est mauvais…

- Le potentiel d'un monstre on me l'a assez souvent rabâché.

J'avais murmuré ses quelques mots, ignorant si Tobias m'avait entendu en tout cas il s'arrêta. Je me redressais tout en continuant de faire léviter la dague, ça me permettait de me concentrer sur autre chose que mes pensées. La conversation avec Tobias m'aidait également bien que je me posais des tas de questions, me demandant surtout ou il voulait en venir.

- …Mais moi, je sais que c’est quelque chose de fort, et qui pourrait vraiment aider…

J'émis un petit sourire en coin, je devais quelques unes de mes victoires à ma magie surtout notre dernière sortie. Quand on n'était attaqué par des tas de démons volant. Tout m'était venu instinctivement, comme si cette nature controversée était pour moi normale. Comme si ça avait toujours été là.

- …Ecoute… Je connais quelqu’un qui pourrait te voir à ta juste valeur.

- Tu m'as trouvé un sorcier ?

Je relevais les yeux vers Tobias, tout en continuant mon petit jeu avec la dague. Quelque chose n'allait pas avec le chasseur d'ombre. Je m'étais toujours débrouillée avec ma magie jusqu'à ce que Tobias m'aide également à l'entraîner. Il semblait être le seul qui n'avait pas peur de ma magie. Je n'avais jamais compris si c'était juste un genre qu'il se donnait ou si Tobias n'avait jamais craint que je puisse le blesser.

- …C’est quelqu’un en qui j’ai grandement confiance. Est-ce que ça t’intéresserait de le rencontrer ? …Pour qu’enfin, tu arrêtes d’être rejeté…

- C'est qui ce mystérieux sauveur dont je n'ai jamais entendu parler ?

Je connaissais Tobias depuis un moment, et un type capable de me venir en aide j'en avais jamais entendu parler. Je me demandais pourquoi le chasseur d'ombre ne m'avait jamais rien dit. Alors pourquoi maintenant Tobias semblait si pressée de me le présenter et pourquoi il semblait presque honteux ?

- Pourquoi maintenant Tobias ?

Mes yeux verts étaient rivés sur la lame de ma dague entourée par un halo vert indiquant que ma magie était toujours active. Jeu très pratique pour apprendre le contrôle mais qui m'avait fait quelques blessures par le passé. Heureusement un iratze plus tard et je n'avais même pas de cicatrices.

- Les sorciers me rejettent parce que je suis en partie une chasseuse d'ombre et les chasseurs d'ombres me détestent parce que je peux manipuler la magie. Ca et Valentin.

C'était un fait, je serais toujours rejetée pour ma différence. Qu'elle fasse de moi une meilleure ou une mauvaise chasseuse d'ombre. J'ignorais pourquoi Valentin avait fait une chose pareille. S'il savait que ça allait réussir où s'il s'en moquait complètement.

- A moins d'avoir trouvé une armée de personnes comme moi et qu'on renverse l'Enclave, je serais toujours rejeté.

   

panic!attack


I've got a war in my mind
« When they look at me they see a troubled young woman. ▬ i'll show them trouble. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Aliana Blackthorn
Shadowhunters
Aliana Blackthorn
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1560182690-aest
› Points : 747
› Localisation : San Francisco
› Métier : Sa vie de chasseuse d'ombre ne lui laisse que peu de place pour se trouver un job.
› Avatar : Emma Dumont
Mer 21 Aoû - 17:10
TobiasAliana

THERE WAS A STAINED GLASS, VARIATION OF THE TRUTH


A la voir jouer avec les dagues, Tobias se demanda si, dès l’instant où il lui révélerait la vérité, elle allait le planter. Elle serait en son droit. Il était, selon l’Enclave, un traître. Et puis, il avait menti à Aliana. Sur tellement de choses.
Ce n’était pas censé l’embarrasser, et il était censé être prêt à tout faire pour se défendre en retour. Mais quelque part, il n’en trouvait pas la force.
Sa loyauté avait toujours été ainsi : l’idée de trahir ceux auquel il comptait n’était pas envisageable.
Et à y réfléchir, cela en disait beaucoup sur sa relation avec la jeune demoiselle.
Sur ce qu’il éprouvait pour elle.
Alors qu’il commençait à faire de son mieux pour s’exprimer, mais que tout cela restait vague, et qu’il essayait d’être le plus logique possible, il fut coupé.
Oh, juste un peu, une phrase, qui lui fit mal.
Elle n’aurait pas dû lui faire mal. Mais ce que la femme avait fait sur lui, en usant de suggestion, avait changé la donne.
Avouer quelque chose quand on se mentait à soi-même, cela changeait toujours la donne.
Il secoua la tête.

Pas d’un monstre. Aliana n’était pas un monstre.
Mais si Valentin usait de la coupe elle disparaîtrait. Le poing de Tobias se serra. C’était comme faire face à un dilemme, une épée de Damoclès gigantesque, qui ne cessait de l’écraser.
Il aurait préféré ne rien ressentir. Qu’Aliana ne soit pas si…. Comme ça. Drôle, gentille, différente. Capable de le toucher plus qu’il ne l’aurait voulu. Et Valentin pouvait faire autant que possible ses doutes que ça ne changerait rien.
Dans tous les cas, Tobias l’encouragea, sur ses capacités, mais quelque part une voix lui disait « tu fais ça juste pour la charmer, pour l’avoir, tu es immonde, aussi monstrueux que les autres »
Et cette voix, était comme une nouvelle arrivée, quelque chose qu’il ne connaissait pas, mais qu’il appréhendait.

Mais il poursuivit, disant qu’il avait trouvé quelqu’un pour elle, pour la voir à ce qu’elle était, et elle lui demanda pour un sorcier.
Non.
Ce n’était pas un sorcier. Alors il secoua la tête, parce que Valentin et le Cercle étaient loin d’être des sorciers.
Bien au contraire.

Finalement, alors qu’il décrivait le chef du Cercle, comme une personne en qui il avait énormément confiance, elle l’interrogea sur ce sauveur, et il se rassénéra.
Quelque part, au fond de lui, il essayait d’éteindre toutes ses autres émotions.
Et ses sentiments, surtout.
Alors qu’il allait parler, Aliana lui demanda « pourquoi maintenant », et il savait pourquoi. Parce que la femme qui l’avait contrôlé avait sembler être contre cette idée. Et que de fait, Aliana lui faisait confiance.
Du coup, au lieu de révéler le nom de Valentin, il lâcha simplement :

- Parce que je sais que tu m’écouteras.

C’était la mission après tout. Gagner sa confiance, pour qu’elle l’écoute. Qu’elle puisse le suivre, qu’elle rejoigne le Cercle. Seulement, il n’était pas sûr que cela suffise, maintenant.
Elle s’exprima encore, expliquant pourquoi de toute évidence, personne n’arrivait à apprécier Aliana. Et elle dit quelque chose qui interpella Tobias.
Alors, enfin, il reprit courage – et bon sang que c’était frustrant que celui-ci ne soit pas apparu avant ! – et s’avança un peu plus vers elle, s’asseyant sur le bord de son lit, l’observant, calmement.
Plus calmement.
Il devait voir positif.

- Ce « mystérieux sauveur », aime aussi ce que tu es, ce que tu es devenu, et ne te rejettera pas. Tout comme moi, je ne t’ai jamais rejeté, non ?

Et c’était ça le problème peut être.
Au début, il était un peu dégouté par elle, se disant qu’elle avait en effet du sang de créature en elle, respectant juste la mission.
Mais Tobias était un être fait de sentiments et d’émotions, et il avait découvert qui elle était réellement.
Un peu trop, sûrement.

- Cette personne, c’est Valentin, justement.

En admettant cela, il admettait donc lui faire confiance, donc sous entendait clairement son appartenance au Cercle.

- Il… A de grands espoirs pour toi. C’est pour ça qu’il m’a demandé de veiller sur toi, et crois moi qu’il ne t’as jamais rejeté. Contrairement à tous les gens de l’Enclave, qui ont un pois chiche à la place de la cervelle.

Tobias se lâchait, et il s’en rendit compte.
Il aurait préféré ne pas exprimer aussi vite sa haine envers l’Enclave. Mais se dit que ça pourrait lui servir.
Et puis, maintenant, il se disait que ça irait, qu’Aliana apprécierait le Cercle, qu’elle resterait avec eux, que les deux seraient ensemble et…
Et. Un jour Valentin aurait la coupe.

Il poursuivit donc rapidement. Même s’il murmura presque, comme s’il craignait qu’on l’entende.

- Je ne t’ai pas tout raconté, pour Charlie. Pour mon parabatai. Après ça, l’Enclave se fichait bien de ma douleur, de ce que je pourrais ressentir. Et juste parce que…J’ai agi un brin trop « violemment » selon leurs principes, alors que je n’avais blessé personne de leur si précieuse organisation… Et il m’ont rejeté pendant un an.

Une année, pendant laquelle il avait eut le temps de bien réfléchir, et de prendre une décision : quitter l’Enclave. Pour de bon. Mais sans qu’ils s’en doutent.

- Aliana… L’Enclave n’est pas fait pour toi… Ou moi…

Rejoins nous au Cercle. C’est tout ce que Tobias désirait.
L’avoir de son côté. Après tout, s’il ne devait pas le nier, autant l’admettre : il aimait être à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias E. Branwell
Cercle Member
Tobias E. Branwell
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1559243590-tobias-7
› Points : 480
› Métier : Armurier à l'institut de San Francisco
› Avatar : Jeremy Renner
Sam 7 Sep - 22:39



"There was a stained glass, variation of the truth"



Je ne comprenais pas pourquoi Tobias venait m'annoncer l'existence d'une personne qui pouvait m'aider. Ca ne lui ressemblait pas de venir, juste comme ça pour discuter. Puis me révéler l'existence d'un étrange sauveur maintenant, alors que ça faisait des années que je contrôlais à peine ce que je pouvais faire.

- Parce que je sais que tu m’écouteras.

Quelque chose n'allait pas, quelque chose n'était pas normal et ma prise sur ma lame se resserra alors que je jouais toujours avec la dague, attendant toujours le dernier moment pour la rattraper. C'était extrême en matière d'entraînement mais je pouvais de cette manière rester concentrée.

- Ce « mystérieux sauveur », aime aussi ce que tu es, ce que tu es devenu, et ne te rejetteras pas. Tout comme moi, je ne t’ai jamais rejeté, non ?

Je relevais la tête vers lui en entendant ses propos. Quelque chose m'avait interpellé dans son discours. Il ne m'avait pas rejeté. Pourtant j'étais bien placée pour savoir que Tobias détestait toutes créatures. Bonnes comme mauvaises pour lui il n'avait pas la moindre hésitation à avoir. Mais étrangement il ne m'avait jamais détesté contrairement aux autres et comme je n'avais rien de spécial, c'est que Tobias avait autre chose en tête...

- Pourquoi d'ailleurs ? Tu détestes toutes les créatures sans exception... Pourtant depuis le premier jour tu ne t'es jamais montré hostile.

Et si depuis le début tout était une mascarade. Il n'y avait aucune raison pour que je fasse partie de la vie de Tobias, nous étions trop différents. La seule chose commune était notre fonction de chasseurs d'ombres. Je n'avais rien contre les créatures à partir du moment où elle ne se montrait pas dangereuse pour les terrestres. J'aimais les terrestres et m'intéressait à leur vie quand... Je continuais de m'énumérer mentalement toutes nos différences quand la voix de Tobias me ramena à la réalité, me coupant le souffle.

- Cette personne, c’est Valentin, justement.

Ma main attrapa une dernière fois ma dague. Les propos de Joleen étaient frais dans mon esprit. D'après elle ça faisait plusieurs mois que le cercle me préparait, je n'avais pas compris où plutôt je n'avais pas voulu y croire mais les faits étaient là et ce n'était pas une invention mais bel et bien Tobias qui prononçait ses mots. A moins qu'il s'agisse d'un autre chasseur d'ombre, une ruse de l'Enclave pour tester ma loyauté. Ca faisait parti de leurs méthodes. J'inclinais la tête cherchant celle qui lui permettait de changer d'apparence comme la nuit du festival.

- Il… A de grands espoirs pour toi. C’est pour ça qu’il m’a demandé de veiller sur toi, et crois moi qu’il ne t’as jamais rejeté. Contrairement à tous les gens de l’Enclave, qui ont un pois chiche à la place de la cervelle.

J'observais l'homme que je respectais et en qui j'avais confiance, trahir ceux pour qui je m'étais battue depuis toujours. Il était de notoriété publique que certains chasseurs d'ombres étaient toujours des membres du cercle. Mais jamais je ne m'étais douté que Tobias était l'un d'entre eux. Je conservais un espoir que tout ceci ne soit qu'une ruse.

- Je ne t’ai pas tout raconté, pour Charlie. Pour mon parabatai. Après ça, l’Enclave se fichait bien de ma douleur, de ce que je pourrais ressentir. Et juste parce que…J’ai agi un brin trop « violemment » selon leurs principes, alors que je n’avais blessé personne de leur si précieuse organisation… Et il m’ont rejeté pendant un an.

- Un brin trop violemment ? J'appelle ça un carnage.

C'était un cauchemar dont je n'allais pas me réveiller. Et je me demandais désormais si je n'avais réellement jamais rien vu, où si je n'avais jamais voulu rien voir. J'avais cependant moi aussi quelques révélations à faire, poussée par ma curiosité. Ce n'était pas comme si ça avait la moindre importance maintenant alors que les masques tombaient enfin.

- Je t'ai menti j'ai eu accès à ton dossier. Un chasseur aussi doué que toi, qu'on a mis à l'écart pendant un an ça a titillé ma curiosité. Beth était ravie...

Je fermais les yeux sentant une vive colère et quelques larmes montaient en moi. Il ne s'agissait pas d'une quelconque ruse, j'avais bel et bien Tobias sous les yeux, me confessant son affiliation avec le cercle. Et maintenant que j'étais au courant de sa trahison je devenais sa complice. Qui pourrait croire que je ne savais rien au sujet de son affiliation, quand même Joleen une démone l'avait découvert en peu de temps.

- Aliana… L’Enclave n’est pas fait pour toi… Ou moi…

- Je fais quoi alors ? D'après toi, je me joins à Valentin et je commence à massacrer tout ce qui ne sont pas d'accord avec le Cercle ? Que je devienne le monstre qu'ils craignent tous que je sois ?

Pourquoi fallait-il que se soit lui le traître ? De tous les chasseurs présents dans cet institut. Pourquoi Tobias ? J'aurais préféré n'importe qui. J'étais fatiguée d'être celle qu'on détestait et maintenant qu'on trahissait. Ce n'était pas contre lui que j'étais en colère mais contre moi pour avoir était si stupide.

- Je me suis toujours battue pour l'Enclave contre des extrémistes comme Valentin, que l'Enclave m'aime ou non. Parce que j'ai la conviction que ça vaux le coup si ça peut arrêter des monstres comme Valentin, alors ça vaux le coup.

Ma main tenait si fermement ma dague que les jointures blanches de mes mains étaient visibles. J'avais risquée ma vie pour un serviteur de Valentin. La colère l'emportait sur ma peine. Je ne faisais que rarement confiance et quand je le faisais j'en payais le prix. Cette fois n'était pas différente sauf qu'il occupé une place spéciale et je m'en voulais de n'avoir rien vu.

- Alors comme ça, il aurait de grands espoirs pour moi ? Tu te moques de moi ? Il fait des expériences sur des gens, il tue des chasseurs d'ombres et des créatures. Et toi tu choisi de te battre pour lui ?

Sa perte était terrible je n'osais pas imaginer comme je pourrais vivre sans ma parabatai, mais de là à me joindre à Valentin. Je n'avais rien de spécial, j'étais juste une de ses expériences, comme son propre fils. Je me demandais ce qu'il était devenu lui aussi. Je ne comprenais pas comment Tobias pouvait croire que je céderais et tournerais le dos à mon passée.

- Quel genre de monde tu penses qu'il va nous apporter ? Un monde sans créatures ? Il se passera quoi pour les créatures innocentes ? Tu vas me faire croire qu'il a un plan d'urgence juste pour eux ?

J'ignorais si Tobias avait un plan B au cas où il ne pourrait pas me ramener dans les filets de Valentin. Est ce que le chasseur allait s'en prendre à ma parabatai ? Je ne pouvais plus être sûre de rien, je devais me sortir de la tête l'image de Tobias mon ami. Il ne l'était visiblement pas.

- L'Enclave est à des années-lumières d'être parfait mais on ne tue pas les créatures à tour de bras et on protège les humains qu'est ce que tu veux de plus ? La gloire ? Etre celui qui a le plus de sang sur les mains ?

Je ne pouvais pas croire que Tobias suivait seulement Valentin pour la gloire, du moins c'est ce que je croyais jusque-là mais je pouvais me tromper. Visiblement j'avais faux sur toute la ligne. Si mon contrôle était meilleur en cas de fortes émotions mon contrôle n'était qu'une blague et ma colère ne faisait qu'augmenter si bien que la main tenant ma dague projeta une ombre verte, qui caractérisait ma magie.

- Joleen avait raison, elle m'a prévenue et j'ai pas voulu la croire mais elle avait raison. Ce n'était qu'un jeu pour toi... Je n'avais pas la moindre importance.

Les propos de Joleen semblèrent me fendre le crâne, ou alors c'était une de ses douleurs fantômes que je ressentais depuis l'attaque. « Tu n'as pas la moindre valeur à ses yeux. Seul le cercle et Valentin comptent pour lui. Si ce dégénéré te blesse, Tobias ne fera rien pour l'arrêter. » Je me retrouvais une nouvelle fois blessée parce que j'avais fait confiance. Mais Tobias n'était pas le seul à pouvoir faire du mal avec ses aveux.

- Finalement c'est une bonne chose que Charlie ne soit plus de ce monde pour voir ce qu'est devenu son parabatai. La douleur n'excuse pas tout.
   

panic!attack


I've got a war in my mind
« When they look at me they see a troubled young woman. ▬ i'll show them trouble. » by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Aliana Blackthorn
Shadowhunters
Aliana Blackthorn
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1560182690-aest
› Points : 747
› Localisation : San Francisco
› Métier : Sa vie de chasseuse d'ombre ne lui laisse que peu de place pour se trouver un job.
› Avatar : Emma Dumont
Lun 9 Sep - 11:06
La question se posait n’est ce pas ? Pourquoi Tobias n’avait jamais rejeté Aliana. Au début c’était pour la mission, mais à présent, qu’est ce que cette question devenait. Où en était ses sentiments ? Il avait admis l’apprécier. Etait-ce terrible ? Peut être bien. Peut-être que ça l’était, mais au fond, avait il le choix…
Il l’observa, cette femme, cette jeune femme, qui avait trompé son coeur, ses valeurs, sa morale.
Lui -même avait des questions à lui poser, à commencer par : comment avait-elle fait pour l’atteindre à ce point ? Il n’avait rien demandé pour ça, mais elle avait su le toucher.
Etait-ce par son apparente bonté ? Probablement.

Il détestait toutes les créatures sans exception.
Même elle, au départ.
Il cherchait une réponse, et celle qui sortit de sa bouche le déçu :

- Parce que tu es différente.

Cela voulait tout dire comme ne rien dire, et il craignait même ce qu’elle allait imaginer par ses simples paroles. Il avait peur qu’elle en sache trop. Tobias n’était pas bon pour admettre quand il appréciait quelqu’un, alors pour l’avouer derrière, c’était encore plus difficile.
De fait, il expliqua qui était la personne qui saurait voir Aliana à sa juste valeur.
Au fond, il y croyait lui même.
Etait-il un idiot ? Non, pas à ses yeux. Mais la démone avait su insuffler le doute, sans même user de son pouvoir de suggestion. Simplement par une phrase.
Que ferait Valentin, quand il aurait la coupe.
Que se passerait-il, quand il l’utiliserait.
Ses mains voulaient se resserrer sur le corps d’Aliana, et quand il le sentit, Tobias n’aima pas cette envie. Il en avait peut être plus peur que du rejet qu’elle allait peut être lui offrir dans quelques instants.

Tobias n’était pas idiot.
Il la vit serrer sa dague. Elle pourrait lui planter probablement sans aucun soucis, et si elle visait juste, au vu de la distance qui les séparait, il aurait bien mal.
Alors elle pourrait demander à l’Enclave de l’attraper, et il savait qu’il ne finirait pas bien.
Tobias prenait un large risque, parce que lui, n’avait aucune arme sur lui.
Parce qu’il ne pourrait jamais s’abaisser à utiliser la force pour Aliana.

Il s’en rendit compte, alors qu’il parlait de Valentin. Si elle disait non, il ne la ramènerait pas, échouerait à la mission et puis...Et puis quoi ?
Il se confiait, il poursuivait, il parlait trop, il avait peur, non il n’avait pas peur, il avait envie, envie qu’elle le comprenne. Envie qu’elle soit d’accord. Envie qu’ils restent proches, envie qu’ils partagent ensemble les mêmes valeurs, ou presque pas. Juste
Qu’ils soient ensemble.

Tobias détestait comment il se sentait à cet instant, parce que la stupidité de l’instant lui paraissait évident.
Il s’était donc exprimé, et elle le coupa.
Enfin, presque. Il avait expliqué ce qu’il avait fait, il avait expliqué son histoire, et elle changeait déjà les mots de façon négative.

Tobias ignorait ce qu’était un grand huit, mais probablement qu’à l’instant, son coeur était dedans et était en train de descendre violemment.
Les mots péjoratifs, n’avaient rien de bien, dans la bouche des autres. C’était un principe élémentaire.

Elle lui parla de son dossier, elle lui parla de sa parabatai, elle lui parla de tout ça, et il se tut. Il comprenait bien ce que cela signifiait : elle savait ce qu’il avait fait, et elle savait pourquoi aussi, puisqu’il lui avait parlé de Charlie.
Elle avait les informations.
Il se sentit un peu trahi, mais se dit que c’était presque… Equivalent à ce qu’il avait fait, au final.
Tobias savait tout un tas de choses sur elle, qu’elle ne soupçonnait pas. Parce que Valentin lui avait donné assez d’informations pour cela.

Tobias ne savait pas quoi dire.
Il l’observait en silence, alors qu’il avait mal. Parce qu’elle ne semblait plus rien dire, parce qu’elle semblait troublée, choquée. Tobias n’était pas si bon que ça pour déceler les émotions des gens, sauf quand la mission le demandait, mais à l’instant il ne fallait pas être idiot : elle n’était pas bien.

Il lâcha alors sa phrase sur le fait que l’Enclave n’était pas pour eux. Tout doucement, espérant qu’elle comprenne.
Mais elle le rembarra, elle lui exprima une phrase qui clairement montrait qu’elle n’avait aucune envie de rejoindre le Cercle pour en suivre ses principes.
Et Tobias se surprit à ne pas en être surprit.
Après tout… Elle n’avait pas tort quand elle parlait de massacre. Envahi par sa colère et sa violence, il semblait évident, qu’au Cercle, Tobias n’avait pas que fait des missions consistant à suivre des jeunes femmes pour les ramener à eux.
Il devait donner un argument de contradiction, mentir, l’amadouer, faire en sorte qu’elle vienne avec lui.
Mais il en avait bien conscience : si l’Enclave rejetait Aliana, Aliana rejeterait le Cercle pour ses principes.
Il se sentit rester silencieux alors qu’il aurait du parler.

Elle plaça Valentin dans la catégorie des monstres, et cette fois, comme ça touchait à quelqu’un à qui il était loyal, Tobias se défendit :

- Valentin n’est pas un monstre. Ce sont les créatures qui le sont. Ce sont contre elles que l’Enclave et le Cercle ont décidé de se battre, tu vois…

Tu vois ce n’est pas si différent.
Mais il n’arriva pas à le dire. Quelque chose n’allait pas, il n’arrivait pas à s’exprimer clairement, et ça avait un côté particulièrement énervant. C’était juste des mots parfaits pour parvenir à faire changer d’avis Aliana, du moins, au regard de Tobias.
Mais il n’arrivait pas à vouloir la faire changer d’avis. A se battre pour qu’elle change d’avis.

Elle continua de le rembarrer un peu plus, toujours plus. D’enfoncer le clou autant que possible, notamment en exprimant le fait que c’était ironique que Valentin ait de grands espoirs sur elle.
Tobias qui était devenu bien causant, se taisait à présent.
Il l’écoutait. Il l’écoutait se défendre, contre ce qu’il venait de lui dire.
Elle ne semblait pas avoir essayé de le planter, et ça aussi il n’était pas surpris.

- Aucune créature n’est innocente, lâcha les valeurs de Tobias, dans sa bouche.

Il aurait dû s’énerver de ce qu’elle lui disait, parce qu’elle était en train de piétiner qui il était. Et il n’aimait pas qu’il ne puisse pas s’énerver pour ça.
Mais il n’arrivait toujours pas à comprendre, toujours pas à voir, toujours pas à.
Il devait juste faire la mission, point final.
Lui mentir, ou bien même la ramener de force, pas la laisser parler, la laisser descendre tout ce en quoi il croyait comme ça.
Ses valeurs arrivaient pourtant à parler de temps en temps, comme là, quand elle lui demanda ce que cela apportait de ne plus avoir de créatures :

- La paix. La vraie paix.

Parce que Charlie était mort.
Tobias ne faisait même pas attention à ce qui arrivait à la dague d’Aliana, et il lui sembla se prendre pourtant un coup, quand elle cita Joleen. Quelque part, il était certain de savoir qui était Joleen.
Parce que même si elle ne lui avait pas dit son nom, il savait qu’elle était proche d’Aliana.
Et c’était cela le plus terrible.
Entendre Aliana dire «Joleen avait raison ».
C’était comme si tout ce qu’il avait construisait s’effritait comme un château de cartes. Il avait pensé, un instant, que tout se passerait bien.
Mais bien au contraire.
Il s’entendit dire :

- Ce n’était pas un jeu.

Avec toute la sincérité du monde.
Ce n’était pas un jeu. Au début, oui. Mais le dire serait pire. Au début, ça l’était, mais ce n’était plus un jeu.
Tobias en avait pris conscience parce que Joleen, puisque c’était ainsi sûrement le nom de cette femme qui avait imposé son contrôle. Parce qu’elle lui avait fait admettre quelque chose de terrifiant pour lui au départ.
Que la manipulation qu’il avait sur Aliana s’était retourné contre lui.
Qu’il s’était attaché à elle.
Mais quel idiot il avait été.

Mais plus qu’un clou, elle enfonça profondément le coup de grâce dans Tobias, par une seule phrase.

- Finalement c'est une bonne chose que Charlie ne soit plus de ce monde pour voir ce qu'est devenu son parabatai. La douleur n'excuse pas tout.

Il se laissa être figé.
Tobias ne bougeait plus. Il restait muet, silencieux, paralysé. Comme jamais il ne l’avait été. Tout tournait dans sa tête, et de partout. Ses valeurs, auquel il s’accrochait. Ce que Valentin lui avait miroité. Le fait que ce serait la paix, alors que plus jamais il ne perdrait quelqu’un.
Mais au fond, si Valentin s’emparait de la coupe, il perdrait Aliana.

Il ne bougeait pas. Il aurait dû.
Il ne parlait pas, il aurait dû.
Quelque part, au fond de lui, quelqu’un criait qu’il était un idiot fini, qui ne savait pas ce qu’il voulait. Le visage de Charlie lui revenait en tête. Il aurait dû s’énerver contre Aliana de lui parler ainsi, mais il savait pourquoi elle le faisait. Elle aussi, avait ses valeurs.

Qui n’était pas les siennes. Qu’il ne le serait jamais.
Et peu importe si Valentin insistait, jamais il ne pourrait l’amener au Cercle, pas elle.
Parce qu’elle n’avait pas tort.

Mais là où elle faisait fort, c’est qu’elle l’interrogeait sur ses propres valeurs à lui. Il avait décidé que toute créature était néfaste quand il avait perdu Charlie.
Que toute créature ne serait jamais totalement innocente, que c’était faux.
Et Valentin l’avait cueilli comme une fleur éméchée, pour le faire renaître en un buisson épineux.
Au fond, et Tobias n’en avait même pas conscience, il l’avait un peu manipulé aussi.

Il devait parler.
Il devait bouger.
Il devait agir.

- Mais cela ne te fais pas mal, que l’Enclave te rejette ? Comment peux-tu te battre pour elle, alors qu’elle te déteste ? Tu vaux bien plus que cela.

Il voulait comprendre. Il n’essayait même pas tant de la convaincre, il voulait juste…. Comprendre.
Être sûre qu’elle ne faisait pas fausse route. L’Enclave se fichait bien des chasseurs d’ombres, mais pour elle, c’était pire.

- On est du bétail pour eux. Tu dis que la douleur n’excuse pas tout. Mais elle m’a fait prendre conscience de ça. Ils nous assignent des parabatai, mais se fichent bien qu’on puisse les perdre.

Peut-être que c’était ça.
Quand Charlie était mort, il avait perdu sa joie de vivre, sa confiance, son espoir. Il avait été un chasseur d’ombre tout de même taciturne, mais avec son parabatai, il souriait joyeusement, il croyait en l’Enclave, il avait envie de se dire que tout irait bien.
Qu’ils faisaient le bien.

- Le Cercle m’a permis de me reconstruire, sans me traiter comme un chasseur de plus.

Il aurait dû rajouter « Tu vois, ce ne sont pas des monstres », mais quelque part il ne voulait pas la convaincre, parce que pire encore, il ajouta :  

- Mais tu as raison sur un point. Tu n’apprécierais pas d’en faire partie. Pas parce que tu en serais rejeté, mais parce que… Tu n’es pas faite pour.

La décision de la convaincre s’envolait doucement.
Il s’approcha. Tobias jouait à un jeu dangereux, en s’approchant comme ça, mais il s’était approché.

- Tu n’es pas un jeu pour moi. Tu as peut être été ma mission, au départ. Mais tu es différente. Je ne mentais pas en le disant. Tu es différente. Tu dégages quelque chose de… Je ne sais pas comment le dire. Charlie aurait été meilleur que moi.

Et il s’était attaché à elle. Qu’elle idée.
Il ne pouvait pas lui dire, il ne pouvait pas, parce qu’il n’y arrivait pas. Il avait peur qu’elle détruise en miettes ce qu’il dirait, en prétextant le mensonge.

Il se mit à sa hauteur.

- Je ne te mens pas. Je t’ai menti, je le reconnais. Sur beaucoup de choses. Et je sais qu’à cet instant, tu dois me haïr. Mais si aujourd’hui je suis venu pour te parler, c’est parce que je ne veux pas que… Je ne veux pas que tu te laisses détruire par l’Enclave. Je pensais que te proposer de rejoindre le Cercle, tu pourrais apprécier, t’en sortir, te sentir mieux. Pas comme une simple soldat qu’ils finiraient par broyer.

Il sentit comme quelque chose qui lui serrait le coeur.
Il ignorait ce que c’était, mais ça lui faisait mal. Et cette chose, qui lui étranglait le coeur qui n’avait rien demandé, cela faisait depuis qu’elle l’avait rejeté, depuis le mot « carnage » qu’il existait.
Tobias avait mal.
Il ne voulait pas qu’Aliana le voit comme un monstre, qu’elle le rejette. Il en était hors de question, alors, comme une conclusion, comme pour ne pas la perdre, il lâcha :

- Je veux simplement que tu sois heureuse, enfin, et totalement.

Et si cela signifiait qu’il devait s’éloigner, il savait qu’il en serait capable.
Alors il recula. Elle allait probablement prévenir l’Enclave qu’il était un traître, il avait plutôt intérêt à vite s’enfuir, pour ne pas qu’on le trouve et qu’on l’attrape, non ?
Donc, Tobias s’était relevé, et reculait.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias E. Branwell
Cercle Member
Tobias E. Branwell
" There was a stained glass, variation of the truth " Tobias 1559243590-tobias-7
› Points : 480
› Métier : Armurier à l'institut de San Francisco
› Avatar : Jeremy Renner
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: