Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase]

 :: San Francisco :: Golden Gate Park :: Terrain de golf
Mar 30 Juil - 13:02





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Les os craquent, cèdent, le sang gicle et les grognements des loups se font entendre. Je claque des crocs, découvrant les gencives, cette proie est la mienne avant tout, personne n'y touchera! Je plonge la truffe dans la chair encore fumante. Il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent. Les hérons sont comme tous les oiseaux, pas assez gras, trop léger, même les os ont peu de gout. Mais nous chassons ce soir et ces cinq piafs seront notre repas du soir. Ils n'ont pas vu ce qui leur arrivait que déjà ils avaient eu la nuque brisée ou une aile broyée sous les mâchoires de fer de mes guerriers. Je les ai fait ensuite regrouper en tas et je me sers en premier, comme tout bon Alpha. Luce est là elle aussi, elle a le droit de dévorer sa part avant tout les autres, c'est ainsi, c'est les lois de la Meute. Je me régale toutefois jusqu'à me redresser et je me lèche les babines. J'ai pas englouti le héron en entier, mais j'ai bien tapé dans les trois quart. Je m'éloigne en trottinant, laissant les membres de la Meute se battre pour les restes des oiseaux. Je m'écarte de la horde pour traverser le terrain de golf. L'air est calme cette nuit, la lune est bien ronde et nous sommes forts. Je vois loin et bien, car pas un seul nuage se trouve à l'horizon. Tout en trottinant sans un bruit, je me lèche les babines, cherchant ma planque.

Un coup de museau et je retrouve l'endroit où j'ai enterré un sac, dans la terre meuble, sous un arbre au milieu de plein d'autres arbres. C'est là que j'entame un changement radical d'apparence, ça craque, ça crie et ça se plie. La douleur est fulgurante, mais après une minute, je me retrouve haletant et légèrement tremblant. Une autre minute pour reprendre mon souffle et je me mets à gratter le sol pour déterrer le sac en question. Je l'ouvre et j'enfile les vêtements. Une goutte de sang tombe sur le dos de ma main. Je fronce les sourcils. Serais-je blessé? Pourtant, je n'ai pas mal. Non, le sang est celui du héron. Je dois encore avoir la bouche dégoulinante de sang. D'ailleurs, je l'essuie du mieux que je peux avec la manche de mon sweat. J'ai enfilé des rangers, un jean, un t-shirt ACDC et un sweat jaune. Jaune genre pikachu jaune. Mes cheveux sont noirs en ce moment avec des mèches rouges au bout. Il y a une montre aussi dans le sac et je regarde l'heure, il n'est même pas encore minuit et j'ai déjà l'estomac plein. J'adore ma vie. J'aime vivre la nuit, c'est plus agréable que de jour, même s'il y a plus de monde en journée. Surtout sur ce golf. Bien décidé à rentrer ou en tout cas sortir de ce lieu un peu trop désert, je traverse les greens d'un pas tranquille et silencieux.

Mais il faut croire que cette nuit, le golf est loin d'être aussi désert que le Sahara (et bien plus vert aussi), car j'entends des bruits, des cris et des coups tomber. Une main dans une poche et l'autre tentant encore d'essuyer le sang collé à mon menton, je regarde la scène discrètement. Enfin, presque hein, vu l'odeur de sang que je dégage, certaines créatures me sentiront bien vite. Et puis tout à coup, j'entends un splash, quelqu'un qui insulte et des bruits de pas précipités, quelqu'un vient de prendre la fuite après avoir collé quelqu'un d'autre à la flotte. Là où je me trouve (derrière un arbre), je ne vois pas, mais je connais le golf comme ma poche et je sais qu'il y a un petit lac ici, ce même lac où un milliard de baballes blanches ont élu domiciles tout au fond, mais le pire, c'est qu'elles ne sont pas les seules habitantes des lieux. Je quitte le tronc de l'arbre pour m'approcher. Bien entendu, je n'ai aucunement l'intention de mettre le pied dans l'eau, ni même un orteil, mais je veux voir la scène qui risque d'être assez marrante en tout cas. C'est un type qui nage. Ou plutôt qui tente de revenir vers le bord, sauf qu'avec les vêtements, ça ne doit pas être si facile que cela. Comme si de rien était, je m'approche et m'accroupis tout au bord de la berge.

- A votre place, je nagerais un peu plus vite... Elle n'aime pas trop être dérangée.

Je pointe mon index dans une direction, un peu au dessus de l'épaule du nageur de minuit. Elle? La femelle crocodile qui a élu domicile au même titre que les balles de golf au fond du lac...

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Jeu 1 Aoû - 20:45
Maître Poulet, dans l'eau bien mouillé, faisait face à Maître Chien, à l'aspect mal léché.
Maître Poulet, bien mécontent d'avoir perdu sa cible,
Entendit maître Chien lui parler avec un sarcasme perceptible.

- A votre place, je nagerais un peu plus vite... Elle n'aime pas trop être dérangée.

Maître Poulet, phénix de ses bois, se retourna, vit le crocodile, et d'une vive-voix déclara :

- Oh. Oui. C'est vrai.

Mais comment tout cela avait-il commencé ?

* * *

Je crois que je passais mes journées à faire mon devoir et unique profession. Celui de tuer les cibles que l'ont m'avais donné. Si j'y passais mes journées, alors qu'au fond, je ne tuais pas tant que ça - sinon, cela ferait beaucoup de meurtres, je pense -, c'est parce que certaines de mes cibles étaient fortes. Et douées pour se cacher. Et que j'avais d'abord besoin d'un temps pour les observer, avant de les chasser. Et puis, je ne passais pas mes journées à tuer. Parfois, j'étais avec Jackson. Ou avec d'autres personnes. Comme Haneul ou Joleen.
Mais aujourd'hui, c'était une journée de meurtre. C'était un contrat peu pressant, où la cible était relativement fuyante, et douée pour m'échapper. Cela faisait plusieurs fois que je le poursuivais, sans jamais pouvoir l'attraper et le tuer. Je faisais toujours attention à brouiller mon apparence, mais je me demandais si à force, il n'avait pas acquis la capacité à me reconnaître et à fuir dès qu'il me voyait. Cela me faisait penser à un lapin. J'avais déjà goûté la viande de lapin. C'était bon.
Mais ce lapin là, si je pouvais comparer cette cible à cet animal, était désagréable.

Je courais donc après ma cible, m'envolant aussi, parce que c'était plus facile après ça. Seulement, il était rapide, et je n'aimais pas ça. J'avais cherché un moyen de le ralentir, en lui envoyant du feu. Mais peut-être s'était-il habitué à moi, à mes compétences, à ce que je pouvais faire.
Mais notre course se poursuivait bien : même si ça n'a pas de sens parce qu'une course n'est pas vivante mais.... J'étais à deux doigts de l'attraper. Littéralement, parce que je savais qu'il existait aussi une expression pour ça.
Seulement, ma cible me poussa, et alors que je volais, le choc fut si lourd, que je terminais dans l'eau. L'eau éteignit le feu que je gardais dans mes mains, et je me retrouvais désarmé, en quelque sorte. Bien que j'avais encore mes armes sur moi, juste que mon pouvoir avait diminué.

C'est là que l'homme m'avait parlé. Si c'était un homme. Souvent les hommes qui voyaient ce qui venaient d'arriver avaient tendance à fuir en hurlant ou à rester immobile. Mais lui était calme. Alors, peut-être qu'il n'était pas un homme. Je me tournais vers lui, puis vers ce qu'il me montrais du doigt. Il y avait un crocodile, non loin de moi. Ces animaux étaient connus pour aimer manger les chairs humaines. Je n'avais aucune envie de finir en cendres, pour une histoire de cible ratée, alors j'ai répondu, et je me suis envolé.
Parfois, certaines personnes me disaient d'être plus discret. Mais changer d'apparence ne suffisait-il pas ?
Seulement, je ressentis comme une douleur. Le choc que ma cible m'avait fait encaissé était trop lourd, et je sentis mon corps, à nouveau être immergé dans l'eau.

Il restait la nage.
Je nageais donc. Je savais nager. Ce n'était pas parce que je volais le plus souvent du temps, et que mon élément était le feu, que je ne savais pas nager. Sinon, j'aurais été très stupide.
Je sentais le crocodile se rapprocher, et je lui lançait un de mes couteaux, alors que je m'envolais encore suffisamment pour atterrir près de l'homme.
Je soufflais et observais cet homme :

- Tu as vu quelqu'un courir par ici ?

Actuellement, vu que j'avais eut du mal à voler et que mon feu était éteint, je ne savais pas si cet homme voyait ma vraie apparence, ou celle que j'usais et qui était brouillée, quand je devais m'occuper de mes contrats.
Je constatais que le crocodile avançais vers nous :

- Je crois qu'elle a faim. Elle ne s'arrête pas.

[Si ça manque de relance, hésite pas à me le dire <3]


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Sam 3 Aoû - 16:03





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Maitre Poulet dans le lac tout mouillé,
Tentait de ne pas finir en fromage,
Maître Chien par l'odeur alléchée,
Lui tint à peu près ce langage :
- Et bonjour, Monsieur du Poulet
Que vous êtes mouillé, que vous me semblez nigaud,
Sans mentir c'est bien dommage
Vous allez finir dans son oesophage,
Mais vous êtes le Nageur des hôtes de cet endroit.
A ces mots, le Piaf ne se sent pas de joie,
Et pour montrer au gros Chihuahua,
Il ouvre ses bras, vole et laisse le chien pantois.
Le Poulet se pose et dit : Mon bon Monsieur,
Où est donc l'intriguant qui a fui tel un mafieux?
- Je ne sais pas, car vous voyant déjà finir en casse-croûte,
J'ai préféré vérifier et n'ai pas regardé sa route.
Le Poulet honteux et confus,
Jura mais un peu tard, qu'il l'avait bien dans le c...


* * *

Je hausse les épaules, pas parce que je ne savais pas, mais parce que je n'avais pas forcément envie de répondre. Après tout, je venais bien de voir ce type voler. Voler avec des ailes, hein, pas voler la bourse ou un paquet de bonbons. Sans parler en plus que les traits de son visage n'étaient pas vraiment très... comment dire... déterminés? nets?, propres? Encore une créature qui avait du mal à rester dans ce monde ou qui devait venir d'un autre... univers parallèle ou quelque chose comme ça. J'avoue que je n'avais pas fait d'étude sur les phénomènes surnaturels. Je m'étais arrêter à : Moi = lycan. Moi = bouffer. Ca restait à peu près à ce niveau-là. Je savais que certaines sortes d'êtres... pas humains existaient, comme les sorciers, les fées et les démons, mais pouvoir le classer lui dans une de ces catégories... Hmm, je ne sais pas.

- Ouai, j'ai vu quelqu'un partir et vers où il est parti...

Je jette un oeil au sac-à-main vivant et trouve qu'elle ne ralentit pas le moins du monde. Un crocodile sur la terre, ça court vite non? Hmm... Je préfère m'écarter du rivage pour éviter de finir en brochette ou en sushi fait maison. Si le type me pose la question, c'est qu'il cherche à le retrouver ce type, donc la nouvelle question du "par où" ne va pas tarder... J'attends qu'elle tombe d'ailleurs, je ne suis pas pressé, je sens encore l'odeur du "quelqu'un" dans l'air.

- Ca dépend. Raconte l'histoire du pourquoi et du comment, peut-être que je pourrais t'indiquer par où il est parti.

En plus, il me tutoie, ça ne me dérange pas, mais bon, ça fait quand même un peu drôle. Bah, je ne m'en formalise pas plus que ça, de toutes manières, à partir du moment où il m'a dit "tu", j'ai fais pareil. Je regarde encore sa tête qui est vraiment toute... comment dire... brouillée? brouillonnée? mal dessinée? Un peu tout à la fois. C'est comme ci un mangaka avait raturé son dessin ou avait repassé trois milliards de fois sur le même trait. D'ailleurs, instinctivement, je me penche un peu plus vers lui, brisant l'espace personnel pour le regarder un peu mieux, les pupilles dilatées, l'air pourtant plus amusé que surpris ou inquiet d'avoir devant lui quelque chose qui n'est pas humain. C'était marrant à voir, ça faisait comme des vagues c'était... brouillé, ouai, on peut dire ça comme ça.

- Par contre, tu feras gaffe, t'as ta tête qui... d'ailleurs, tu fais ça comment? Parce qu'on dirait que t'as deux couches et qu'il y en a une qui a fondu.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Sam 10 Aoû - 16:13
Alors que je cherchais ma cible, j'entendis l'homme qui n'était pas ma cible, me dire qu'il avait bien vu quelqu'un partir. Mais il ne sembla pas tout de suite indiqué où. Et moi, ça me fâchait probablement un peu, parce que pour quel mercenaire j'allais passer si je ne pouvais pas m'occuper correctement des contrats qu'on me donnait ? J'étais donc contrarié, mais je... Comment disait-t-on ? Prenait sur moi ? Je n'étais pas sûr de cette expression, parce que je l'avais trouvé très étrange.

Je lui demandai où il était parti, et au lieu de me répondre, cet homme préféra me poser des questions sur la situation. Je ne pouvais pas tout lui dire. Déjà il fallait que je sèche, pour pouvoir à nouveau m'envoler et mettre le feu à la cible, ou lui faire mal d'une autre façon.
Alors que l'homme s'était approché, je constatais qu'il me regardait. Beaucoup.
Je penchais la tête et fit :

- Je pourrais raconter, mais ça serait long, et la personne fuit. Je ne dois pas traîner.

Alors que je disais ça, parce que je croyais que c'était pour ça qu'il s'était approché, je vis le crocodile toujours avancer, et surtout, j'entendis le type me dire que ma tête était étrange. Je le fixais, et d'abord m'envolait à nouveau pour éviter que le reptile ne m'attaque. Même si je ne restais pas loin de l'homme :

- C'est mon pouvoir. Tu ne vois pas ma vraie apparence.

Je regardais la créature qui approchait, et l'homme :

- Si je fais en sorte qu'on s'en aille d'ici, tu m'indiqueras où est parti ma cible ? Parce que c'est une cible. Je suis un mercenaire.

J'avais raconté ce qu'il fallait non ?
Je n'avais pas tout dit, mais j'espérais que ça lui suffirait pour me permettre enfin de savoir où aller pour que je continue ce que je devais faire.


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Mar 13 Aoû - 8:56





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Dans une négociation, quelle qu'elle soit, il faut toujours lacher du lest. Que ça soit dans pour du troc, pour une info, pour... pour n'importe quoi. Et là, il ne dit rien de plus que "c'est trop long à expliquer". Je fourre mes mains dans mes poches, l'air assuré sur le visage. Si tu crois que je vais cracher une info comme ça, petit poulet mouillé, tu te fourres le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Moi j'm'en fous du type qui s'est enfuit, enfin, si c'est un humain, en totu cas, il n'avait pas l'odeur de loup dans l'air, donc je n'ai pas à m'inquiéter pour ma Meute. Et voilà que le type prend la voie des airs. Pendant un instant il faut dire que j'oublie le sac-à-main qui fonce droit sur nous. J'en ai vu des êtres surnaturels mais être le témoin de... ça... c'est toujours impressionnant. Le type il n'a pas d'aile à proprement parlé, il gigote pas des bras comme un oiseau prendrait son envol, il... bah il vole tout bêtement. Pas vraiment à la manière de Superman qui avec son poing droit devant et sa cape qui flotte au vent... Nan, lui, il dégouline plus qu'autre chose et ses vêtements tout mouillés font un drole de bruit avec le vent, mais ça reste impressionnant. Moi aussi je m'écarte du rivage donc pour laisser la résidente tranquille. Et la simple explication qu'il me donne c'est "son pouvoir" et qu'il dissimule son vrai lui. Je sais pas ce qu'il est... entre un sorcier qui lévite, un démon ou... une autre bestiole de conte de fées. Et pour dire la vérité, j'm'en fiche un peu. Ce qui compte c'est : il n'est pas un loup-garou et l'homme qu'il traque n'en est pas un non plus. Voilà, j'ai rien d'autre à dire. Il propose alors un autre marché. Qu'est-ce qu'il voulait dire par "si je fais en sorte qu'on s'en aille d'ici"... Le sac-à-main n'allait pas nous suivre jusqu'au milieu du green.

- Tu vas pas la tuer quand même... Pauvre 'tite bête! Et puis, je reviens sur ses autres paroles. Un mercenaire, c'est le mot poétique pour "tueur à gages" ça... Je finis par sourire, alimentant la négociation de mes volontés. Je peux même t'amener jusqu'à lui, mais à une condition : si tu dois le tuer, je veux voir ça.

C'est dangereux comme deal, faut bien le reconnaitre, mais j'aime bien étudier les manières de faire des êtres pas comme les autres humains. Je suis peut-être un lycan, mais je reste fondamentalement un humain. Lui, je sais même pas si c'est un humain en dessous de tout... ça. Sincèrement, j'pense que le type n'est pas trop en mesure de négocier, vu comment il me regarde, et connaissant un peu la mentalité d'un "mercenaire", il doit vraiment avoir envie de chopper le fuyard. D'un signe de la main, sortie de sa poche, je l'invite à me suivre, je marche tranquillement sur le green, dans la direction de la cible du "mercenaire". J'hume tranquillement l'air suivant son odeur, n'ayant pas beaucoup d'hésitation. Quand on arrive à la barrière du green, je longe la palissade. Le gus est loin d'être un imbécile, au lieu de fuir comme un demeuré, il a préféré se terrer non loin de là, pour brouiller les pistes.

- Par simple curiosité, t'es payé combien pour cette... cible?

Ca pourrait être intéressant ce genre de contrat... pour venir en aide à la Meute, il faut bien gagner un peu d'argent... Mais c'est juste une idée comme ça, car je ne mettrais pas la Meute en danger pour quelques billets.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Mer 14 Aoû - 10:19
L’homme sembla vouloir protéger le crocodile, et je ne comprenais pas pourquoi. Je savais que certains humains étaient attachés à la nature et à sa protection, et ça me semblait logique, mais si un animal m’attaquait, je n’allais pas juste le laisser faire.
Je haussais alors les épaules, encore plus quand l’homme paru trouver que « mercenaire » était poétique. Je ne comprenais pas réellement pourquoi, parce que oui, c’était comme tueur à gages, mais… Juste que c’était un mot qu’on préférait utiliser entre nous, phénix. Et puis, « tueur à gages » était un terme si étrange aussi.

Mais dans tous les cas, il sembla accepter de m’amener à lui, s’il pouvait assister à ce que je lui faisais. Je le fixais, silencieux. S’il assistait au meurtre, qu’allait-il en faire ? Contacterait-il la police ? celle-ci ne me reconnaitrait pas, et puis, si c’était la police humaine, elle n’allait surtout même pas comprendre ce qu’il se passait.
Mais tout de même…
Moins j’avais de témoins, mieux je serais moins reconnu. Mais il semblait vraiment vouloir voir ça et avait un air presque joyeux.
Je crois.

La plupart des humains n’étaient pas si enjoués à l’idée d’assister à un meurtre. Mais rien ne disait que cet homme fut un humain.

- Très bien, finis-je par dire, bien que je restais méfiant.

Je le suivis sur le terrain de golf, et il semblait renifler. Suivait-il ma cible à l’odeur ? Cela pouvait être pratique, mais je n’avais pas cette capacité.
Alors que nous avancions lentement mais probablement en direction de ma cible, j’entendis celui qui l’avait vu, me demander combien j’étais payé.

Je ne voyais pas pourquoi je ne pouvais pas lui répondre. Ma cible était un sorcier, il avait « joué au con » comme m’avait dit celui qui avait demandé le contrat, et quand au paiement, il était relativement bien misé. C’était rare que j’obtiennes une pareille somme.
J’eus un instant de réflexion.
Les gens étaient souvent avares, du genre à vouloir de l’argent. Toujours plus d’argent. Moi je m’en fichais, tant que j’avais de quoi vivre.
J’aimais juste tuer.
Mais je n’avais pas envie qu’il me vole ma cible, s’il était attiré par la somme.

- 50 000 dollars, avouais-je pourtant, me disant que de toute façon, il ne saurait pas à qui demander cette somme, mais je demandais quand même : pourquoi ?

J’entendis soudain un mouvement et fronçais les sourcils, mais étant encore trempé, je sentis mon feu ne pas démarrer.
Je grimaçais et m’envolais rapidement vers ma cible qui s’était caché et qui me jeta soudain des herbes, qui me firent éternuer. Les sorciers pouvaient faire ce genre de chose après tout. Je reculais, éternuant énormément, énervé aussi d’avoir pu me faire piéger de pareille façon.

- Arrête de fuir !
- Jamais !


Jamais….Alors j’allais finir par l’attraper. Je me tournais vers l’homme qui m’avait guidé. Je ne savais pas si je pouvais lui demander de l’aide. Je n’aimais pas demander de l’aide. Je n’avais jamais besoin de ça, normalement…


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Sam 17 Aoû - 9:31





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Je propose quelque chose, mais ça pourrait être dangereux, m'éloigner de la Meute comme ça, sans back-up, sans rien du tout pour si ça tourne au grand n'importe quoi, mais tant pis, je voudrais savoir comment ce type, ou plutôt cet... humanoïde, achève son contrat. Du moins la partie "j'attrape ma cible". Le reste, c'est pas bien important, mais j'aime bien observer d'autres prédateurs coincer leurs proies, cela donne un bon aperçu à ce qu'ils sont réellement. En tout cas, il accepte sans faire de chichi et vu la manière dont il me le confirme, je sens que je n'ai pas sa confiance. Peut-être hésite-t'il sur la manière dont je vais retrouver son fuyard ou sur ce que je risque de faire après... Qu'importe, je ne fais confiance à personne non plus. C'est aussi à ce moment-là que je demande combien il sera payé et surtout pourquoi il veut chopper ce type. Il hésite avant de me le dire, je laisse le silence jouer en ma faveur jusqu'à ce qu'il ouvre la bouche pour donner sa réponse. Cinquante mille dollars? Pas mal, je hoche la tête en signe d'approbation, ce genre d'argent pourrait permettre à la Meute de subsister plusieurs semaines. C'est bête que je ne me sois pas tourné vers ce genre de choses auparavant... Pourquoi? Je hausse les épaules.

- Comme ça, pour passer le temps.

Il est évasif, je suis évasif. C'est une autre manière de chasser : le mimétisme. C'est instinctif, il ne faut pas qu'il le prenne pour lui, mais bon, s'il ne connait pas comment fonctionne les lycans, je comprends qu'il puisse rester méfiant. On arrive au muret, mais la cible en question n'a pas passer le mur, elle est restée sur le terrain de golf. Je longe de ce fait la frontière entre ce monde de green resplendissant et les rues de l'autre côté, froides et mornes. On arrive dans une sorte de sous-bois, non loin d'une petite maison utilitaire. L'odeur est bien plus forte, il est ici. Mes yeux fouillent les lieux, il y a peut-être un sort de dissimulation ou le type est vraiment bon, ou encore il peut se camouffler, ce qui pourrait le classer dans pas mal de catégorie différente. On entend brusquement tous les deux un bruit et si je n'ai fait que tourner ma tête vers la source, le mercenaire, lui, s'est envolé une fois de plus. J'avoue que c'est quand même impressionnant, moi qui suis près de la terre de par ma nature. C'est un mélange de... Magneto et de Wonderwoman... Mais en plus... naturel. Quoi qu'il foute de la flotte partout à force de faire des mouvements secs et brusques. Je m'écarte un peu pour poser l'épaule contre le tronc d'un arbre et croiser les bras et les pieds pour observer la capture ou la mise à mort de la cible.

- Arrête de fuir !
- Jamais !


La Garde meurt mais ne se rend pas. Est-ce que c'était du bluff ou bien une véritable façon de penser? Peut-être des deux, on avait tous en nous une part de fierté, mais également une limite. Un jour ou l'autre, la cible craquerait et abandonnerait... Mais ça pouvait être demain comme dans cent cinquante ans. La cible d'ailleurs a balancé quelque chose à la figure du mercenaire mouillé. En plus, ça doit à moitié lui coller dessus et il s'est mis à éternuer. Voilà qu'il me regarde bizarrement. Je n'ai aucune intention de l'aider. Je lui ai dit que je serais juste un spectateur, je n'ai pas envie de participer. Mais bon. Je regarde la cible, puis le mercenaire.

- Ne me regarde pas comme ça, je ne vais pas me salir gratuitement...

Grosso modo, oui, je peux me salir, mais contre rémunération. J'attends qu'il propose quelque chose ou pas d'ailleurs, et j'agirais en conséquence, mais pas avant un accord... commercial.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Lun 19 Aoû - 19:31
Je sentais que sa réponse était vague, mais je n’en fis rien. Je savais que moi-même je parlais peu, et tant qu’il me ne disait pas qu’il comptait me voler la somme… Avec ces cinquante mille dollars, j’avais déjà une idée en tête, et l’image de Jackson me revint en tête.
Mais pour le moment j’étais concentré sur ma cible, et sur le fait qu’il allait m’emmener vers celle-ci. Je ne savais pas si je pouvais le remercier, parce que je le trouvais en effet,
C'est bête que je ne me sois pas tourné vers ce genre de choses auparavant... Pourquoi? Je hausse les épaules.

Alors que je m’approchais de la cible, celle-ci me lança quelque chose qui me déstabilisa, et je me mis à éternuer, peu heureux de m’être fait avoir. J’en avais assez de lui courir après. Alors que je tournais mes yeux vers l’homme qui m’avait emmené jusque là, il paru ne pas vouloir agir, du moins pas gratuitement.
Je le comprenais. Je faisais la même chose, parce que si j’aimais tuer, j’aimais aussi récolter de l’argent pour pouvoir vivre.

Et cinquante mille dollars, c’était beaucoup. Même pour moi.
Alors, je soufflais et lâchais :

-          Pour vingt cinq mille dollars, tu acceptes ?

J’avais compris que « se salir » c’était agir et que ça tenait du fait qu’on pouvait se salir en agissant. C’était une sorte de raccourci.
Je regardais ma cible alors que j’éternuais encore et regrettais toujours de ne pas avoir séché.

- Empêche le de fuir, au moins…

Je lâchais un nouvel éternuement, et grimaçais, tout en essayant de me calmer. C’était comme couper un oignon.
C’était désagréable.
Je restais dans les airs, en grattant mon nez pour tenter d’enlever ce qui m’était tombé dessus.


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Mer 21 Aoû - 16:15





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Les bras croisés, même à quelques mètres de là, je ne perds rien de la scène qui se joue devant moi. Le Superman s'en prend à une sorte de... Voldemort mélangé à de l'Asterix et ses herbes qui donnent de la force surhumaine. Je ne connais pas bien les mercenaires, mais je me doute qu'il a pas envie qu'on lui retire la soupe de son bol, alors je le laisse attraper sa proie tout seul, comme un grand, par contre, il s'est pris justement les feuilles ou les herbes dans la tronche et maintenant il éternue comme s'il venait de mettre le nez dans du poivre. Il en même les yeux rougis. J'ai toujours pas l'intention de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Pas gratos en tout cas. Et voilà qu'il me sort une somme faramineuse. 25? 25 mille dollars? Genre vraiment? La moitié de son contrat? Ou plutôt... la moitié de ce qu'il m'a dit qu'il allait toucher quand il chopperait le type. Peut-être qu'au final, la cible en vaut 3 fois plus. Moi j'allais demander quelques milliers seulement, mais là, 25, c'est clair que je ne vais pas cracher dessus.

Je souris, je décroise jambes et bras, j'accepte donc le deal. Je fais craquer les os de mes épaules, les faisant rouler. La cible prend conscience que ce n'est pas un mercenaire qu'il doit batailler, mais un mercenaire et... moi. Et pour le moment, il ne sait pas, ou en tout cas ne le montre pas ce que je suis réellement. J'ai pas envie de finir avec de l'aconite ou de l'argent dans la gueule, je n'y résisterais pas. J'ai déjà testé, et j'ai encore les cicatrices qui le prouvent... Oui, c'était y'a pas si longtemps et p*tain, ça a fait mal. Mais bon, je ne dois pas y penser et surtout, je ne dois pas perdre de vue que ce type me donnera, en tout cas il a bien intéret, 25 mille dollars, je pourrais donner ça à la Meute. La cible a le dos à un mur et bien entendu, loin d'être bête, il a deviné que j'entrais dans la partie au moment où le mercenaire a indiqué le montant. Mais il ne sait pas encore à qui il a affaire et reste donc sur ses gardes. Je pourrais hurler à la lune et appeler la Meute à moi, ils ne sont pas loin, mais je ne le fais pas, je préfère ne pas dévoiler cela. Et puis, je suis l'Alpha, je dois m'imposer en tout temps et tout lieu.

- Arrête de te gratter, ça va empirer. Retire plutôt ta veste mouillée... Les herbes sont collées dessus.

Je n'ai pas d'arme sur moi, j'ai éparpillé des sacs de vêtements dans toute la ville, mais jamais d'arme. Je suis un loup, je ne me bats pas avec des couteaux ou des armes à feu. Je commence donc à marcher dans la direction opposée au mercenaire, afin de prendre la cible dans un étau, ainsi, il ne pourra pas se défendre sur deux fronts. Je marche lentement, on me rapprochant tout autant. Pourquoi je marche lentement, d'une part, pour laisser au mercenaire assez de temps pour se remettre de ses éternuements, mais aussi, pour induire en erreur la cible quant à ma vitesse. Tenter de le déconcentrer. Quelques fois, je vois qu'il jette un regard sur Superman. Et c'est justement à ce genre de moment que je choisis pour foncer droit sur lui. Mais c'est qu'il est rapide, l'enf*iré. J'arrive sur lui quand il a déjà plongé les mains dans sa sacoche et que de la droite, il tend le bras vers moi, surement pour me jetter aussi des plantes qui me feront éternuer... ou pire... Mais je le prends de court et je l'arrête en englobant son poing du mien. Les feuilles sont toujours dans sa poigne, il n'a pas eu le temps d'ouvrir les doigts.

Tenant toujours son poing dans le mien, je m'appuie sur la jambe gauche alors que la droite se lève et que mon genou vient le frapper en pleine poitrine. Hop, petit changement de pied alors qu'il tousse sous l'impact et mon pied gauche vient le pousser durement au niveau de sa hanche. Alors qu'il tombe, je lache son poing et me recule, debout, prêt à fuir si jamais la cible avait d'autres herbes à me balancer au visage.


©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Jeu 22 Aoû - 20:41
Quelqu’un m’avait dit que je n’avais pas une bonne notion d’argent, et que je devrais faire plus attention. Je ne savais pas si c’était Jackson ou quelqu’un d’autre. Je ne pensais pas que c’était Jackson. Etrangement, je me rappelais toujours quand c’était Jackson qui me disait quelque chose.

J’observais cet homme à qui je venais de proposer la moitié de mon contrat, alors que je continuais d’éternuer sans pouvoir m’arrêter. C’était vraiment désagréable, et je n’étais pas un sorcier. Je ne savais pas comment arrêter ça. J’essayais pourtant.

Là, l’homme paru me dire que si j’enlevais ma veste, ça serait plus facile.
Je trouvais ça intelligent, et j’enlevais rapidement ce qui me tenais un peu chaud. Je découvris que mes bras étaient de toute façon eux aussi gaugé, donc que je ne pourrais pas faire grand-chose de plus, au niveau du feu. Bien que je tentais, en éternuant un peu plus, mais aucune flamme ne sortit de ma main.
C’était vexant, je crois que c’était ça le terme.

Alors que je sentis que mes éternuements se calmait au fur et à mesure que j’enlevais toutes les herbes que je pouvais avoir, je vis l’homme dont je n’étais toujours pas sûr du nom, et certainement pas de la nature, s’avancer vers ma cible, et finir par courir droit sur lui.
De ce que je pu voir, ça n’était pas humain.
Mais ce n’était pas ça qui était important, c’était que je puisse m’occuper de ma cible. J’espérais qu’il ne la tue pas.

Parce que j’aimais ça. Tuer.

Je terminais d’éternuer, me repris, respirais un bon coup et m’avançais rapidement quand la cible paru avoir une autre idée en tête.
Les sorciers étaient bons, et pas qu’à concocter des potions, et malgré le coup qu’il venait de se prendre, celui-ci lâcha un sort qui, si j’avais bien compris – je n’étais pas sûr du tout – devait inverser les douleurs, entre lui et l’homme qui avait accepté de m’aider.

Je décidais de me servir de cette diversion, qu’il soit trop concentré sur quelqu’un d’autre que moi, pour agir.
M’envolant à nouveau, je profitait de la force de l’air pour atteindre ma cible et lui décrocher un coup de pied brutal qui le repoussa plus loin.
Mais je n’avais toujours pas de feu. Alors à la place je sortis mon couteau, mais quand je voulu viser son cœur, il frappa dans ma main et voulu parler à nouveau, alors je lui plaquais une main sur sa bouche, l’immobilisant comme je pouvais.

…Et ainsi, je n’avais plus aucune main libre, et aucun moyen de faire de ce type, un cas de combustion spontané.
Je ne savais pas ce que devenais l’autre homme, mais je lui fis :

- Il faudrait trouver le moyen de le baillonner pour…

J’avais oublié les mains. J’avais oublié ce qu’il y avait dans les mains.
Alors que ma cible voulait m’envoyer quelque chose dans la tête, je reculais rapidement, mais tout en le lâchant.
C’était agaçant. Pourquoi fallait-il qu’aujourd’hui, et toujours avec cette cible, rien ne se passait comme il fallait ?


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Ven 23 Aoû - 13:11





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






J'ai pris part au combat, je me suis donc déclaré d'un côté, celui du mercenaire, la cible n'avait qu'à offrir un montant supérieur. Je ne prends généralement pas part aux combats d'êtres surnaturels. Sauf quand cela menace les intérêts de la Meute. Mais aujourd'hui, c'est différent. Il vient de passer un accord, j'ai juste à empécher l'autre fuyard de ne plus fuir. Facile. Ou plutôt, ça a l'air facile sur le papier. Je tiens à faire ce qu'il m'a demandé. Je ne compte pas le tuer, ce type. Pas si on me le demande. Bref, j'attaque, au moment où la cible attaque et bloque son poing dans le mien. Oui, je sais être rapide quand je le veux. Fort aussi, je ne suis pas l'Alpha pour rien du tout, je me suis battu toute ma vie pour ma place et c'est une place qui est constamment sur la balance. C'est ainsi que l'on vit, parmi les loups. Je repousse donc le fuyard d'un grand coup de pied sur sa hanche, mais il prononce des choses que je ne comprends pas et brusquement une douleur vive émane de ma propre hanche. J'en tombe à terre, sur un genou. Mon torse brule aussi. Je tousse brutalement, j'ai l'impression de sentir du sang dans ma bouche. MON sang.

- Il faudrait trouver le moyen de le baillonner pour…

Je rage intérieurement. Personne utilise des "blabla" de filles pour repousser un Alpha, ce n'est pas... viril. Je rage de plus belle parce que je suis l'Alpha et qu'il m'en faut bien plus pour m'éliminer, me repousser ou me diminuer. J'utilise la douleur comme carburant. Je laisse même ma rage se faire entendre dans un cri à réveiller les morts et alors que le fuyard qui visiblement était un sorcier ou un conjurateur, enfin quelque chose dans ce genre, s'en prenait à Superman, je fonçais dans le tas et repoussait violemment le sorcier contre le mur de la maisonnette toute près. Le choc fut si rude que les grosses planches craquèrent. Le type était sonné, il n'allait pas baragouiner pendant quelques secondes. Sans perdre le temps de la contemplation, je fonçais toujours sur lui, alors qu'il se remettait tant bien que mal sur ses pieds en se tenant au mur. C'est mon genou qui retrouva sa place au creu de l'abdomen du sorcier. Un coup de pied dans le thorax termina de briser le mur et le sorcier disparut dans la noirceur de la cabane.

- Il devrait être assommé, maintenant... Tu vas voir?

Le sort est pourtant toujours d'actualité car je ressens les effets de ce qui aurait dû être son écrasement contre les planches de bois dans mon dos. Mais c'est bien moindre, j'ai dû vraiment l'assommer... Enfin, j'en sais rien. Je ne suis pas expert en sort... Pendant qu'il s'occupe de la cible, je soulève mon t-shirt si je ressens la douleur des coups portés, il n'y a pas de marque. Je baisse le t-shirt et fais craquer les articulations de mes poings. Allez, je retourne dans l'arène... Sauf s'il est vraiment assommé...

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Ven 23 Aoû - 17:04
J’aimais quand les cibles étaient naïves, et qu’elles se surestimaient, et qu’elles pensaient pouvoir m’avoir. Parfois cela arrivait. Preuve en est de mes anciennes vies, probablement. Et des nombreuses cicatrices sur mon corps. J’avais déjà échoué à une mission, j’avais déjà dû faire une croix sur l’argent. J’avais déjà dû admettre que je ne pouvais pas tuer la cible.
Mais ici, si le prix commençait à trouver une justification vu comment le type tenait bon, je n’avais aucune envie de perdre. Surtout pas contre quelqu’un qui s’était contenté de me faire éternuer. J’aurais l’air idiot, et quelque part, je crois que je n’avais pas envie de paraître idiot.

Soudain, celui qui voulait bien m’aider, lâcha un cri qui me fit tourner la tête un bref instant – juste pour l’observer parce que je n’avais aucune envie de perdre en attention quand ma cible était juste en face de moi -. Je l’observais, et était heureux d’avoir réussi à esquiver tout de même l’autre attaque de celui que je devais tuer, et en même temps je m’interrogeais. Sur le type de créature qu’était cet homme.

Dans tous les cas, il parvint à plaquer ma cible au mur, et au vu de la force, je jaugeais que ça allait pouvoir clairement m’aider.
Il allait le tuer sans moi, et je n’étais pas très content, parce que je vis le sorcier voler à l’intérieur de ce qui avait été une maison tout de même à l’air solide.
Grande force, donc, je n’avais pas mal jugé.

L’autre me fit d’ailleurs signe que le type était assommé et je hochais la tête.

- Oui, j’y vais, c’était bien joué.

J’avais appris à complimenter les gens, parce que je savais par exemple que Jackson aimait que je lui dise des gentilles choses. Enfin, j’avais dû apprendre aussi ce qu’était une gentille chose, mais il me semblait que j’apprenais relativement vite.
Je fonçais à l’intérieur où ma cible reposait comme un cadeau que je pouvais tuer sans mal.

J’esquissais un sourire, regrettant néanmoins de ne pouvoir user de mon feu, mais allait planter mon couteau dans le corps de la cible. Je me rappelait de la demande spécifique du client, et fit attention à ne pas trop toucher son cœur, avant de m’assurer qu’il était mort, et de lui arracher avec mon couteau et ma force.
Une fois cela fait, je rangeais le cœur dans la boite donné par le client et paru satisfait.

Je sortis dehors :

- C’est bon. Tu m’as bien aidé. Tu as encore mal ? Tu veux venir avec moi donner ce qu’il faut au client ?

Après tout, s’il voulait, cela me permettrait d’expliquer au client que je partageais la somme. Cela ne me dérangeait plus, maintenant que j’y pensais, parce que l’aide que j’avais reçu m’avait été utile.

- Qu’est ce que tu es, au fait ?

J’avais un doute, mais je voulais être sûr.
En même temps, je jaugeais si je devais prendre la route vers mon client ou non. Y aller sans voler prendrait plus de temps, mais j’étais arrivé au terrain avec une voiture que j’avais volé, alors ça devrait aller.


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Sam 24 Aoû - 20:36





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Je me frotte le ventre quand Superman entre dans la guitoune pour vérifier le sorcier. Ca a fait mal son sort à la mords-moi-l'noeud. Et puis, quelques secondes plus tard, je sens l'odeur du sang. Je tourne la tête vers l'intérieur de la cabane. Le sorcier a dû mourir maintenant, parce qu'en plus du sang, ça sentait l'intérieur d'un corps. C'est particulier comme odeur, c'est différent de l'odeur corporelle ou de la décompostion, c'était une odeur ferreuse, iodée en même temps. Bref, c'est indescriptible pour celui qui n'a jamais senti ce genre d'odeur. Finalement, le voleur... bah oui, il vole... revient, une main pleine de sang, maintenant c'est lui qui porte l'odeur du sang, mais ce n'est pas son sang. Voilà qu'il me propose d'aller avec lui. Je hausse les épaules.

- Pourquoi pas. Au moins je serais "sûr" d'être payé. Remarquez, il pourrait me sauter dessus maintenant pour éviter, mais je crois qu'il n'en a pas envie, en tout cas, il ne montre aucun signe qui indiquerait qu'il n'a aucune envie de partager. Mais peut-être que c'est un piège. On connait les sorciers pour être des filous, maintenant que celui-là est mort, peut-être que le mécène n'a pas envie de payer... Allez savoir... Je secoue la tête. Il en faut plus pour me faire mal. Ouai, je sais, je me la pète, mais c'est plus fort que moi, un loup ne montre pas qu'il a mal devant des étrangers et un alpha est plus fort qu'un loup de toutes manières. Donc oui, de toutes manières le mal est déjà passé. Tout à l'heure, j'ai crié plus par énervement que par réelle douleur... quoi que... En tout cas, l'adrénaline s'est fait entendre aussi. Et voilà qu'il me pose une bien étrange question. "qu'est-ce que je suis"... Ce n'est même pas un "qui je suis", c'est un "quoi"... Ca pourrait être vexant, mais dans ma condition, cela ne l'ai pas. Après tout, je ne suis plus un humain à 100%, j'ai évolué et si cette évolution est un "quoi", alors soit. A nouveau je hausse les épaules. Je peux te retourner la question. Tu es le premier à t'être dissimulé tout à l'heure... Toi d'abord, tu es quoi? Oui parce que mercenaire, ça ne suffit pas. N'importe qui peut être mercenaire, n'importe "quoi" aussi. Et vu qu'il peut voler et semble particulièrement à l'aise ce n'est pas qu'un simple sort. Un démon? Non, je ne pense pas. Les démons ont des... auras? maléfiques ou démoniaques, c'est le cas de le dire. Je tends toutefois la main dans sa direction, nullement agressif. C'est un geste pacifique, paume vers le ciel, légèrement en travers, montrant que je n'ai pas d'arme, je veux juste lui serrer la main, comme on se salue de nos jours. Je m'appelle Artem. Artem Blackfeather.

Peut-être qu'il a déjà entendu mon nom comme celui de l'Alpha de la Meute que je mène, sinon, peut-être que je lui dirais... Mais en tout cas, je ne lui en veux pas, nous autres loups, restons entre nous.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Ven 30 Aoû - 12:09
Je l’entendis me dire « pourquoi pas » alors que je lui proposais devenir avec moi. Je hochais la tête, et consultait aussi rapidement mon téléphone pour vérifier que je n’avais aucun message de quiconque qui pourrait perturber ma récupération de la récompense.

Je l’entendis aussi me dire qu’il n’avait pas eut mal, donc, alors que je constatait que je n’avais vraiment aucun message, mais en informant quand même celui qui allait me payer, que j’arrivais.
Je relevais la tête vers lui, et lâchais un dernier éternuement, dernier reste de ce que j’avais aspiré. Je sentais que j’étais déjà un peu plus sec, et même si je ne pouvais pas plus faire de feu, ou du moins, probablement qu’une petite étincelle, j’étais déjà content.

J’allais demander à cet homme qui m’avait aidé, ce qu’il était. Cela m’intéressait, je voulais savoir. Mais il ne me répondit pas, et préféra « me retourner la question », je l’observais et répondit simplement :

- Je suis un phénix.

Cela en disait déjà beaucoup sur moi, peut-être trop, mais normalement, ça ne changeait rien. Après tout, mon espèce était connue pour être des mercenaires, donc… Cela n’allait probablement pas le surprendre.
Soudain, il me tendis sa main, et se présenta. Il ne m’avait pas dit sa nature, mais au moins son nom. Je réfléchissais déjà un nom d’emprunt, parce que j’avais pour habitude de ne pas dire qui j’étais pour m’éviter des ennuis.
Néanmoins, je serrais sa main :

- Je suis Oscar.

C’était le nom que j’utilisais quand je devais mentir. Son nom à lui ne me disait rien, et je l’observais alors que j’avançais toujours vers la voiture que j’avais prise, mais je sentais que le chemin serait un peu long.

- Et ainsi, je ne sais toujours pas ce que tu es. Je me demande, parce que j’ai vu que tu avais de la force.

J’avançais assez rapidement, je n’avais pas vraiment envie de perdre du temps, et je voulais rapidement finir cette histoire.

- …Je ne suis pas bon pour converser, je précisais ça, parce que je savais que on allait probablement rester silencieux un certain moment, le temps d’arriver probablement devant mon client. Sauf s’il aimait bien parler, comme Jackson. Jackson était bon à ça, et je parlais beaucoup avec lui. Même moi, cela me surprenait parfois.

[Si ça manque de relance, une seule adresse : ma boite mp huhuh]


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Ven 30 Aoû - 20:28





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Il est un phénix? Je le regarde de la tête aux pieds et vice-versa. Je détaille sans me gêner. J'aurai cru que les phénix étaient plus... je sais pas... plus... plus plus. Voilà. Mais bon, après tout, ce n'est peut-être qu'un mauvais à priori. Surement d'ailleurs. Hmm. Déjà, je les voyais tout auréolés de feu, ce qui était complètement débile, mais c'est vrai qu'il était à l'eau tout à l'heure, à faire une petite trempette de minuit avec Madame Sac-à-main. Peut-être qu'étant tout mouillé il ne pouvait pas... faire feu. Surement. Ce ne sont que des suppositions, je ne suis pas vraiment experts, voire même pas du tout. En tant qu'Alpha j'ai tout de même dû me renseigner sur ce que je risquais de croiser un jour. Je crois que c'est dans un vieux bouquin dans un presbytère que j'ai lu une description détaillée d'un phénix, ça doit être pour ça qu'il le foutait avec des flammes en arrière plan. Et j'ai gardé l'image. Logique.

Il se présente comme "Oscar", c'est marrant, mais il n'a pas la gueule à s'appeler Oscar. Bah, après tout on ne choisit pas son prénom. Et puis, mon instinct a du être perturbé avec le fait qu'il est un phénix. Remarquez, maintenant que je l'ai regardé de la tête aux pieds, je me dis que peut-être oui, il a une tête à s'appeler Oscar. Même si pour moi, Oscar ça reste un nom de lapin ou de tortue, le genre d'animal qui bouffe de la salade du matin au soir. En tout cas, nous avons pris la direction de l'entrée du golf, je marche à même niveau, mais le laisse donner la direction. Après tout, je ne sais pas où l'on va. Je sens l'odeur de mes frères et de mes soeurs non loin, ils doivent encore terminer le festin aviaire. C'est vrai que je n'ai pas mentionné qui j'étais. Enfin, qui, oui, mais quoi, non.

- Je suis un Alpha. Avec un peu de jugeotte, il aura la race d'animal fantastique que je suis. Je précise mon rang, parce que s'il veut me duper, il sera prévenu. Je ne suis pas du genre à me planquer dans l'ombre et bondir sur ma proie au dernier moment, sauf quand il s'agit de bouffe, mais quand c'est un advrsaire, je lui fais toujours face, dès le début. Donc en donnant mon rang, d'une certaine manière je lui montre que je ne crains personne. Ne t'inquiète pas, moi non plus.

Il est vrai que je ne suis pas forcément le meilleur pour une conversation. Mais le silence ne me gène pas du tout. Nous voilà à la sortie du golf. Je continue à le suivre, est-ce qu'il va prendre sa voiture, ou continuer à pied. Maintenant que j'y pense, il pourrait s'envoyer et fuir pour aller récupérer sa récompense, et je l'aurais bien profond, mais je pourrais aussi le pister et il ne m'échaperait pas longtemps. Je ne montre rien, continuant de marcher à ses côtés.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Pareil, si ça va pas assez loin, MP moi!


Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Jeu 5 Sep - 11:35
Je m’étais présenté, et j’avais dit qui j’étais. Et j’allais aussi à ma voiture, avec le coeur de ma cible. J’écoutais en même temps cet homme, qui se présentait à nouveau, mais cette fois en disant ce qu’il était. Un alpha. Donc, c’était un loup garou. Très bien.
J’en avais déjà croisé, dans cette vie là. Pour les autres vies, je ne pouvais de toute façon pas m’en rappeler, alors je ne pouvais pas dire.
Je savais que les alphas avaient ce qu’on appelait un « caractère fort » et qu’ils étaient capables de vouloir s’imposer. Il n’avait pas l’air d’avoir voulu s’imposer avec moi, parce qu’il s’était contenté de ce que je lui donnais, sans se plaindre. Mais après tout, je ne connaissais pas réellement les alphas.
Je ne trainais pas avec eux.
Ce que je connaissais le mieux, c’était les sorciers. Parce que Jackson. Je me sentis sourire, en repensant à celui avec qui j’aimais bien partager mes nuits.

L’alpha, Artem, m’informa qu’il n’était pas bon pour discuter aussi.
Mais je ne compris pas pourquoi il m’annonça de ne pas m’inquiéter.

Enfin, je fis donc la marche jusqu’au véhicule que j’avais volé, dans un certain silence, et y arrivant, je sortis les clés. Ravi de ne pas les avoir perdus…. Je me sentis aussi un peu plus sec, et dégageait alors soudain du feu dans ma main libre, avec un sourire.

- C’est bon…

Je me parlais plus à moi même qu’à l’alpha qui me suivait. Je rentrais dans la voiture, côté conducteur, et attendit qu’il rentre aussi avant de démarrer.
Etrange, comment je me retrouvais à partir avec lui.
Mais il m’avait aidé, et il méritait sa récompense, c’était tout.

[Soit on peux finir là, soit on peux continuer avec le fameux client, tu me dis:D Si jamais on continue, je pourrais modifier ce rp et faire une ellipse;) ! Pacque là niveau relance y a ketchi.]


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Dim 8 Sep - 16:12





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Je sais quand même bien me tenir. C'est son beurre au final, moi je n'ai fait que l'aider au moment où il m'a demandé de l'aide. Contre rémunération, cela va s'en dire. On grimpe dans la voiture sans un autre mot que "c'est bon". Visiblement le phénix était en train de sécher. Je lui aurais bien dit de courir vite pour sécher plus rapidement avec le vent, mais je ne sais pas s'il aurait trouvé la plaisanterie de bon gout. Je grimpe dans sa voiture, attachant la ceinture de sécurité. J'ai jamais vraiment été à l'aise à l'intérieur de ces machines. J'adore les bidouiller, mais rouler dedans... pas trop. Et puis, on ne sait jamais ce qu'il y a en face, un arbre, un piéton, une autre voiture... Je préfère la sécurité.

Je regarde la route défiler, sentant de moins en moins ceux de ma Meute. Je n'aime pas trop être éloigné d'eux, car s'il y a du grabuge, ils mettront plus de temps pour rappliquer. Sans oublier qu'on est toujours plus fort à plusieurs que tout seul. Je ne fais toujours pas confiance dans ce phénix, mais si je veux être payé, alors ouai, je n'ai pas le choix. Je repère simplement où on est, dans quel coin de la ville on va. Je ne veux pas me retrouver dans le trou du cul du monde, alors je fais juste attention à la route qu'il prend, sans émettre de commentaire. De toutes manières, je pourrais dire quoi? "où est-ce qu'on va?" Ca je vais le savoir dans pas longtemps, vu que je suis dans la voiture. "c'est loin?" ça fait genre le type qui a peur et c'est pas mon cas. Balancer une blague? Hmm... nan pas mon style. Je préfère l'observation et le silence, c'est plus instructif. Quelques fois, d'ailleurs, je tourne la tête vers lui, voir ses réactions, comment il tient le volant, s'il s'inquiète, en gros j'essaie de le lire comme on lirait un livre ouvert.

Il commence à ralentir, on ne doit pas être très loin. Mon regard se pose sur les environs, reprenant mes repères spatio-temporels. Je n'ai pas vraiment besoin de montre, nous savons quelle heure il est, sans même regarder la lune, son influence étant suffisamment forte pour nous pour savoir exactement où elle se situe dans le ciel. En journée, évidemment c'est pas du tout le cas. Quand il se gare sur le parking, je retire la ceinture et sors presque précipitamment. J'aime pas rouler en voiture. Ca me donne presque le mal des transports. Je claque la porte.

- Je t'accompagne.

Ce n'est pas une question, c'est une affirmation. Pas question que je reste là à l'attendre alors qu'il discute avec son commanditaire. On ne sait jamais. Je veux bien rester vaguement à l'écart, mais je veux assister à la transaction. Et tant pis si le payeur veut rester anonyme, faudra qu'il allonge d'autres billets pour que je garde ma bouche fermée. Je m'étire, roule des épaules, réchauffant un peu les muscles sous les vêtements. Je suis comme les scouts, toujours prêt. Je fais craquer mes doigts dans mes poings. C'est peut-être pas impressionnant comme ça, mais j'ai ce qu'il faut, là où il le faut. Je sais me battre, je ne serais pas arrivé en haut de l'échelle hiérarchique de ma Meute si ce n'était pas le cas.

- Est-ce qu'il faut s'attendre à du grabuge?

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Pareil, si ça va pas assez loin, MP moi!


Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Lun 9 Sep - 11:26
Nous étions partis en route. Je roulais doucement, je faisais toujours attention quand je conduisais. J’estimais que tout pouvait arriver, et je n’avais aucune envie de me taper dans quelque chose. Alors, c’est pour ça que je faisais attention. Et puis, je ne savais pas si quelques secousses pouvait mettre à mal le coffre que j’avais mis sur la banquette arrière.
Je restais silencieux. Je n’était pas bon pour parler.
S’il voulait, il pourrait parler, et je lui répondrais potentiellement, mais sinon… J’aimais le silence. C’était plus agréable. Ou pas. Cela dépendait de qui parlais, je crois. Parce que par exemple, Jackson parlait beaucoup, et je l’aimais pour ça.
Je me demandais si je devais lui envoyer un message pour lui demander comment ça allait.
Parfois, j’essayais de comprendre comment agir au mieux avec lui. Je songeais aussi parfois au fait qu’à la base il n’était qu’un homme que je voulais surveiller.
Parfois je me demandais comment il avait fait pour… Pour que je l’aime autant. Peut-être qu’il avait utilisé un filtre. Mais j’en doutais.
Jackson était quelqu’un de bon, et même si j’avais parfois du mal avec ces notions là, il en restait que c’était vrai.

Je ne peux m’empêcher de penser souvent à lui, même là, lorsque je conduis. Je change un peu de sujet, dans ma tête. Je songe au fait que je préfère quand même conduire une moto. C’est plus pratique. Mais là, la voiture était préférable. S’il arrivait quoique ce soit au coffret…
Je tournais un peu mon regard vers le loup qui m’accompagnait. Lui aussi était silencieux.

Nous arrivâmes bientôt, et il paru soudain, sortit de la voiture comme s’il y avait le feu dedans – on m’avait dit que c’était une très bonne expression pour dire que quelqu’un sortait précipitamment -.
Je ne savais pas pourquoi il avait fait ça. Mais je sortais plus lentement, et l’entendit me dire qu’il m’accompagnais. Je hochais doucement la tête.
Je pris le coffret contre moi, et avançait vers le large bâtiment, en sonnant à l’interphone. Mon client paru rapidement ouvrir, et j’entendis la voix de l’alpha me demander s’il y aurait du grabuge.
J’eus un instant de silence.
Je ne savais pas ce que c’était du grabuge. Je fronçais les sourcils.

- Je ne sais pas.

C’était vrai : parce que je ne savais pas ce que c’était que du grabuge. Mais je n’allais pas lui demander.
J’avançais

- Il faut être poli avec le client.

Parce que je savais qu’il était quelqu’un d’important. Je m’assurais que mon pouvoir ne laissait paraître toujours aucunement ma véritable apparence.
Je n’avais pas envie d’être reconnu. Je marchais dans les couloirs blancs, et pris l’ascenseur.

- Et tu me laisseras te présenter.

Je n’avais pas envie qu’il gâche tout, mais je savais qu’il était intelligent, donc je lui avait dit cela.
De fait, je me trouvais maintenant une large porte, luxueuse. Je sonnais, et attendit un peu avant qu’un domestique ne m’ouvre. Je l’observais :

- Je suis le mercenaire. Je viens pour ça.

Je montrais le coffret et on me laissa entrer. Je vis le domestique fixer l’Alpha avec méfiance et me retournait :

- Il est avec moi.

Le domestique paru hésiter, mais laissa Artem entrer avec moi. Je hochais la tête, et allait dans l’immense salon de mon client. Il nous attendait là, en peignoir. Je le fixais et il se leva :

- Enfin ! J’ai cru attendre ! …. Pourquoi n’êtes vous pas seul ?
- Je suis accompagné d’un homme qui m’a aidé.
- Vous ne pouviez pas le faire seul ?
- Sur l’instant, j’ai jugé que je pouvais être aidé, mais j’ai ce que vous vouliez ?
- C’est tout ce qui compte !


Je vis le client se lever pour aller m’arracher la boite des mains. Je la tins fermement. Je ne comptais pas le laisser me la prendre comme ça. Il sembla comprendre, leva les yeux au ciel et alla chercher l’argent.

[A toi de t'amuser avec le PNJ si tu en as envie :3 et du coup, j'espère que ça ira et que pour le coup, y ait pas trop de relance xD]


You're the reason of my smile

Il était… Il était comme ma roue de secours. Je n’avais jamais envisagé que quiconque puisse se pointer et mettre ça en péril. Sinon, bien sûr, j’aurais levé la patte et fait pipi partout sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Chase Huffman
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 1566582419-chase-2
› Points : 210
› Avatar : Sebastian Stan
Mar 10 Sep - 14:19





La fable du Poulet Mouillé et du Chien au Sec
feat Artem et Chase






Je le suis, je ne lui laisse pas le choix. J'ai pas envie d'avoir fait tout ce chemin, me retrouver tout seul et n'avoir rien dans les poches. Je veux juste aider ma Meute. Et puis, j'ai pas envie de le voir filer sans demander son reste. Je lui demande s'il faut se préparer à la bagarre, il ne sait pas. Vaut mieux être prêt. Je roule des épaules une fois de plus. Il me dit alors d'être poli. Je le regarde comme une vache regarde un train passer. Il vient vraiment de dire d'être poli? C'est comme ça qu'on voit un loup? Une brute sans cerveau? Je souris, mais ne dit rien. Je préfère qu'on sous-estime les lycans, ça nous laisse une marche de manœuvre bien plus puissante.

- Ne dis pas qui je suis.

J'ai pas envie qu'on me présente comme l'Alpha, ou même comme un loup. Qu'il dise ce qu'il veut mais pas la vérité. Après avoir un peu attendu, un gars en pingouin nous ouvre la porte. Il hésite en me voyant, il ne s'attendait pas à ce que le mercenaire arrive avec quelqu'un d'autre. Mais quand même, il me laisse entrer. Je regarde la demeure, franchement, on pourrait accueillir une bonne vingtaine de personnes ici, tranquillement. Mais il n'y a qu'un seul type, du genre tycoon, dandy, nanti, fier, beaucoup trop fier. Ca me donne envie de... de lui tordre le cou. Mais il m'a dit d'être poli. Alors je reste de marbre. Le type revient avec une mallette probablement la paie du travail.

- Je suppose que vous allez lui en donner une partie.
- Lui parle.
- Et lui a un nom?
- Oscar.


Je regarde le mercenaire. Ouai, j'lui ai piqué son prénom, et alors? Le payeur me demande combien le mercenaire m'a promis. Je regarde ledit mercenaire.

- Quinze mille.

Oui, je sais, il m'a promis plus. Mais pour le peu que j'ai fait, 15, ça me suffit. Le client lève les sourcils en regardant le phénix.

- Vous lui en avez promis beaucoup.

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Artem Blackfeather - Alpha

©️️Laxy dunbar
Revenir en haut Aller en bas
Artem Blackfeather
La Fable du Poulet Mouillé et du Chien au sec [Chase] 7cda73c63853c0eb987ee6851843f6da
› Points : 382
› Localisation : Derrière toi... BOUH
› Métier : Garagiste
› Avatar : Jared Leto
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1
Sauter vers: